Archives par mot-clé : theories segmentationnistes

Cambridge E.U. contre Cambridge G.B. Deux approches segmentationnistes face au tournant des années 1980

Cet article constitue une analyse critique de la façon dont les théories segmentationnistes ont pris en compte les transformations de la structure du marché du travail sur la période 1970-2000. Traditionnellement très présentes sur ces questions nous nous intéressons aux théories d’inspiration institutionnaliste. Deux branches sont distinguées, l’une ayant pour foyer Cambridge, G.B., l’autre Cambridge E.U. Leur éloignement géographique sous-tend une divergence d’interprétation particulièrement intéressante. Ce travail nous conduira a étudier le rapport entre la définition d’un cadre d’analyse théorique et l’interprétation des faits.

Petit.H,  Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.1-26.

Page d’accueil / Home Page

Developing segmentation theory : a thirty year perspective

Les théories de la segmentation des années 1970 faisaient des organisations employeurs les principaux agents de l’inégalité sur le marché du travail. Ces théories peuvent être critiquées dans la mesure où elles proposent une analyse institutionnelle très partielle et statique des marchés du travail, ainsi qu’une vision très américaine. Pour remédier à ces limites, trois approfondissements sont nécessaires : considérer que les stratégies des employeurs et des travailleurs sont influencées non seulement par les conflits entre le capital et le travail mais aussi par les dynamiques de compétition interne au sein du capital ou parmi les travailleurs ; introduire une segmentation du côté de l’offre, incluant le genre comme un facteur intervenant dans la création de bons et de mauvais emplois ; et tenir compte de l’impact des spécificités institutionnelles nationales sur les stratégies et les pratiques des employeurs. Combiner la segmentation avec l’analyse sociétale n’empêche pas qu’il reste vital de continuer à voire les employeurs comme des agents actifs et qu’il ne faut pas laisser cachée ou inexplorée leur influence sur les modalités de l’emploi, aux niveaux national et international, comme cela peut être le cas dans les débats actuels sur l’emploi.

Rubery.J, Socio-Économie du Travail n°28 (Économies et Sociétés, tome XLI), juin 2007, p.941-964.

Page d’accueil / Home Page