Archives par mot-clé : Socio Economie du Travail

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.

Socio Économie du Travail, la série AB de la revue Économies et Sociétés

Socio Économie du Travail constitue la série AB de la revue Économies et Sociétés (cahiers de l’ISMEA), fondée en 1944 par François Perroux.

Créée par Henri Bartoli, Socio Économie du Travail (à l’origine Économie du Travail) est aujourd’hui dirigée par François Michon, directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’Economie de la Sorbonne). Elle publie un ou deux cahiers par an, Économies et Sociétés 12 numéros par an, d’environ 200 pages chacun.  Elle est classée à la fois dans la liste de revue AERES Economie-Gestion et dans la liste CNRS de la section 37.

Sur ce carnet d’Hypothèses, Socio Économie du Travail informe de son activité. On y trouvera les sommaires et les résumés des articles publiés. Les introductions de numéros ou de dossiers, quelques pages d’articles sélectionnés y seront également accessibles en ligne. Les auteurs s’informeront sur les instructions nécessaires à la soumission de manuscrits, les appels à contribution de la série. Les pages de Socio Économie du Travail donneront étalement accès à toutes informations pertinentes sur l’actualité de le recherche en Socio Economie du Travail (colloques, parutions, liens utiles …).

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.
La revue se veut lieu de débat entre les divers courants qui constituent l’approche économique des phénomènes du Travail. Elle développe un positionnement d’économie appliquée : une ouverture aux débats théoriques et aux travaux empiriques, un dialogue indispensable entre les uns et les autres.
Elle approfondit également sa tradition d’ouverture aux autres sciences du travail, considérant que le débat disciplinaire interne s’enrichit par le regard interdisciplinaire.

Un regard transverse aux diverses disciplines académiques, le franchissement résolu des limites d’une approche trop enfermée dans les paradigmes qu’admettent aujourd’hui encore les courants dominants de la science économique, s’imposent dans le champ scientifique du Travail et de l’Emploi.

Page d’accueil

Numéro AB/34 (Économies et Sociétés 6/2012)

Sommaire et résumés 

Bailly.F, Devetter.F.X, Horn.F, Est-il possible d’améliorer les conditions de travail et d’emploi dans le secteur des services ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1101-1128.

Résumé : La réaction des entreprises russes à la récession systémique des années 1990, drastique et durable, est essentiellement passée par une adaptation intra-organisationnelle qui cherchait à éviter les licenciements à grande échelle. Cette réaction tient à une volonté de conserver des compétences qui sont indispensables pour faire face à la crise de la production et à l’obsolescence du capital physique. Dans cet exemple russe, l’application de la grille conceptuelle de Boltanski-Thévenot permet de préciser le système de représentations sociales qui appuyait ces ajustements internes.

Bruyère.M, Laurence Lizé.L, Contrat de travail et sécurité des parcours sur le marché du travail, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1129-1158.

Résumé : Cet article propose de questionner le rôle du contrat de travail dans la sécurité des parcours sur le marché du travail. De nombreuses analyses supposent que le contrat de travail modifie le fonctionnement efficace du marché du travail. Il joue alors un rôle primordial dans la sécurité des trajectoires et dans le dualisme du marché du travail. Un CDI jugé trop stable a donc pour conséquence de reporter la précarité sur les contrats temporaires. En observant les parcours sur le marché du travail selon des critères plus larges que le seul passage par le chômage, nous montrons que le contrat de travail ne joue pas un rôle premier dans la sécurité des parcours. En effet, nous observons qu’une partie non négligeables de salariés en CDI connaissent des trajectoires fragiles et de salariés en CDD sont sur des trajectoires sécurisées. Enfin, nous mettons en évidence l’existence d’autres sources d’explications de la sécurité des parcours telles que les logiques sectorielles.

Koumakhov.R, L’entreprise russe face à la crise systémique : compromis organisationnels et principes de justification, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1159-1182.

Résumé : Les services à la personne sont au cœur de la politique de l’emploi, en France, depuis plus de vingt ans et tout particulièrement depuis 2005. La volonté d’exploiter un gisement d’emploi a cependant fait privilégier les aspects quantitatifs sur la question de la qualité des emplois. Celle-ci demeure très médiocre en dépit des efforts affichés par de nombreux acteurs. L’article analyse le décalage entre ces discours et la réalité. Si certains mécanismes sont identiques dans l’ensemble des services à la personne, d’autres diffèrent selon les activités : ainsi les activités relevant du care sont prises dans un « cercle vicieux » alors que celles liées au clean sont piégées dans une « trappe à précarités ». L’analyse en termes de ‘mondes de production’ permet de souligner que les perspectives sont également différentes.

Chassagnon.V, Pouvoir et coopération dans la firme et entre les firmes, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1183-1210.

Résumé : Le débat sur les modalités de mise en œuvre d’une «flexicurité» se structure autour de l’opposition entre deux principales options. L’une conduit, selon notre interprétation, à vouloir mettre en œuvre un capitalisme idéal d’individus rendus autonomes par la possession de dotations suffisantes en différents capitaux. L’autre renvoie au contraire à une vision dont nous pensons qu’elle pourrait être avantageusement rapprochée de la vision qui était celle de Commons du capitalisme raisonnable.

Morel.S, Sécurisation des trajectoires professionnelles, institutionnalisme commonsien et marchés transitionnels, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1211-1240.

Résumé : Dans cet article, notre objectif est triple. Tout d’abord, nous proposons un cadre théorique renouvelé de l’analyse des relations de pouvoir en nous appuyant sur certains travaux de la théorie des organisations (notamment l’approche fondée sur la dépendance des ressources) afin d’aider à combler le vide conceptuel laissé par les théoriciens de la firme. Puis, nous défendons la thèse que le pouvoir représente la clé méthodologique qui manque à l’économiste pour analyser l’émergence de la coopération intra-firme et de l’identité sociale collective dans la relation d’emploi. Enfin, nous nous intéressons aux fondements de la coopération inter-firmes (relation de sous-traitance) dans l’intention de mettre en exergue le rôle cohésif du pouvoir dans la firme-réseau et de comparer le régime de gouvernement interne et le régime de gouvernement externe des relations de pouvoir.

Lavialle.C, Les projets de « flexi-sécurité » : capitalisme « idéal » vs « capitalisme raisonnable » ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1241-1268.

Résumé : La sécurisation des trajectoires professionnelles, telle que conçue par l’approche des marchés transitionnels, est peu théorisée, faute d’être intégrée à un cadre conceptuel élaboré qui lui donne une véritable consistance théorique. L’institutionnalisme commonsien peut pallier ce problème. Cet article présente une théorisation commonsienne de la sécurisation des trajectoires professionnelles inspirée d’une analyse transactionnelle de la relation salariale.

Page d’accueil

Numéro AB/33 (Économies et Sociétés 8/2011) – Crise et Modèles sociaux

Économies et Sociétés, vol. 45 – 8/2011

Numéro spécial Crise et Modèles sociaux

Sommaire et résumés des articles

Freyssinet.J, In memoriam, Gérard Destanne de Bernis (1928-2011), Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011.

Les rapports de Gérard de Bernis avec l’économie du travail apparaissent paradoxaux. Les transformations du travail et les luttes des travailleuses et des travailleurs ont été au centre de sa réflexion et de ses engagements. Cependant, lorsqu’on mesure l’importance de ses apports dans de multiples autres domaines (économie du développement, économie industrielle, économie de l’énergie, économie de la santé, relations économiques internationales…), il est surprenant de constater la rareté de ses contributions à l’économie du travail.

Une hypothèse possible est que Gérard de Bernis considérait le travail et les travailleurs comme des catégories d’analyse et d’action trop fondamentales pour être abordées dans le cadre de l’économie du travail, telle qu’elle est usuellement délimitée comme champ spécialisé de l’analyse économique.

Ses interventions, scientifiques et militantes, sur ce terrain prennent rétrospectivement une double dimension. […]

Freyssinet.J, L’impact de la crise économique sur les modes de production des normes de la relation d’emploi : l’exemple de six pays d’Europe occidentale,” Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1227-1264.

La crise économique offre une expérience pour comparer les réactions des systèmes de relations professionnelles en Europe occidentale en fonction des spécificités nationales des modes de production des normes de la relation d’emploi. Trois situations typiques sont distinguées. Elles permettent d’invalider l’hypothèse d’une stricte dépendance de sentier et de démontrer l’absence d’une one best way de réaction à la crise. La persistance de la crise crée une fenêtre d’opportunité pour mettre en œuvre des modifications des normes de la relation d’emploi qui figuraient de longue date à l’agenda social.

Lefresne.F et SAUVIAT.C, “Les modèles sociaux européens et américain confrontés à la crise”, Socio-Économie du Travail n° 33 (Économies et Sociétés, tome XLV/8), août 2011, p. 1265-1300.

L’analyse des trajectoires de modèles sociaux aux États-Unis et dans quatre pays européens (Danemark, Allemagne, France, Espagne) face à la crise conduit à un double diagnostic : inflexions, voire éléments de rupture du modèle social d’origine, sous l’emprise croissante des normes de flexibilité et de limitation des dépenses publiques d’une part ; maintien d’une forte hétérogénéité entre les configurations nationales dans la façon dont s’appliquent ces normes et dans les compromis sociaux sur lesquels elles s’appuient, d’autre part. La crise aura en outre souligné l’absence de construction d’un « modèle social européen », susceptible de se démarquer fortement du modèle états-unien.

Belkacem.R, Kornig.C, “La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France“, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1301-1327.

Cet article s’intéresse au développement historique du travail intérimaire. Cette forme d’emploi a fait son apparition au début du siècle dernier aux États-Unis et en Grande-Bretagne. À partir des années 1940, porté par de grandes entreprises de travail temporaire nouvellement créées, son développement rapide concernera tout d’abord le domaine du secrétariat. Introduit en France au début des années 1950, son institutionnalisation, c’est-à-dire sa reconnaissance économique, sociale et politique, sera progressive.

Françon.B, Guergoat-Larivière.M, Les politiques de lutte contre la pauvreté dans la crise : ruptures et continuités, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1329-1354.

Cet article propose de mettre en perspective les dispositifs de lutte contre la pauvreté mis en œuvre en Europe en réponse à la crise économique. Cinq pays sont étudiés, représentant différents modèles de protection sociale : la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. La crise économique implique un risque de pauvreté accru et interroge la capacité des différents modèles à contenir ce risque. L’analyse des mesures prises en réponse immédiate à la crise indique que ces dernières n’ont pas profondément modifié les systèmes en place avant la crise. Par ailleurs, cet article se concentre sur la tendance des politiques de l’emploi à mettre en avant l’activation des chômeurs comme outil de lutte contre la pauvreté au cours de la décennie qui a précédé la crise. Si ces politiques relèvent de logiques différentes selon les contextes nationaux, elles ont en commun de s’être développées dans une perspective de baisse des coûts qui se révèle problématique dans l’épisode de crise.

Erhel.C, Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ?, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p.1354-p. 1359.

Les politiques de l’emploi ont abordé la crise après plusieurs années de réformes, marquées notamment par le développement des mesures d’activation, d’incitation au travail, et de recherche de compromis entre flexibilisation du marché du travail et sécurisation des trajectoires (« flexi sécurité »). Ces tendances ont été largement partagées, et en partie portées par la Stratégie européenne pour l’emploi depuis 1997, même si les différences entre modèles nationaux restent importantes. Or le retournement de la conjoncture en 2007 s’est traduit par une dégradation très rapide de la situation du marché du travail dans certains pays, avec une forte hausse du chômage, notamment concentrée sur les hommes jeunes et peu qualifiés. Face à cette situation, les tendances de réponse des politiques de l’emploi apparaissent ambiguës. Elles s’inscrivent globalement dans la continuité des réformes antérieures, et en particulier dans le cadre de l’« activation » des politiques de l’emploi, qui se poursuit au travers des réformes institutionnelles des intermédiaires sur le marché du travail, ou encore de la réflexion sur les incitations au travail. Malgré tout, les pays ont également recours, d’une part, à des outils de protection de l’emploi par l’accroissement de la flexibilité interne (notamment le chômage partiel), d’autre part, à des politiques de soutien au revenu sans contrepartie affichées à court terme. Ces ajustements ont sans doute permis de limiter la dégradation de la situation du marché du travail, notamment dans les pays continentaux et conduisent également à réintroduire des débats qui semblaient oubliés (sur le partage du travail, le salaire minimum), notamment dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne. Toutefois, le retournement récent (premier semestre 2010) des politiques économiques en faveur de plans de rigueur risque de remettre en cause ces développements, voire de mettre en danger les modèles vertueux de la dernière décennie, comme par exemple le Danemark.

Comptes rendus de lecture

Duran.P, Les nouvelles dimensions du politique, Relations professionnelles et régulations sociales, Duclos.L, Groux.G et Mériaux.O (sous la dir.), coll. « Droit et Société, Recherches et Travaux 19 », L.G.D.J., 2009. p. 1389.

Chassard.Y, L’emploi en ruptures, Gomel.B, Méda.D et Serverin.E (sous la dir.), coédité par Dalloz, Presses universitaires de Paris Ouest et CEE, 2009. p. 1397.

Reynès.B, L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, Didry.C et Jobert.A (sous la dir.), coll. « Économie et Société », Presses universitaires de Rennes, 2010. p. 1403.

Join-Lambert.O, Négocier l’emploi. 50 ans de négociations interprofessionnelles sur l’emploi et la formation, Freyssinet.J, Paris, Éditions Liaisons, 2010. p. 1411.

Belkacem.R, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Chauvin.S, Le Seuil, 2010. p. 1415.

Page d’accueil