Archives par mot-clé : revue economie du travail

Socio Économie du Travail, la série AB de la revue Économies et Sociétés

Socio Économie du Travail constitue la série AB de la revue Économies et Sociétés (cahiers de l’ISMEA), fondée en 1944 par François Perroux.

Créée par Henri Bartoli, Socio Économie du Travail (à l’origine Économie du Travail) est aujourd’hui dirigée par François Michon, directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’Economie de la Sorbonne). Elle publie un ou deux cahiers par an, Économies et Sociétés 12 numéros par an, d’environ 200 pages chacun.  Elle est classée à la fois dans la liste de revue AERES Economie-Gestion et dans la liste CNRS de la section 37.

Sur ce carnet d’Hypothèses, Socio Économie du Travail informe de son activité. On y trouvera les sommaires et les résumés des articles publiés. Les introductions de numéros ou de dossiers, quelques pages d’articles sélectionnés y seront également accessibles en ligne. Les auteurs s’informeront sur les instructions nécessaires à la soumission de manuscrits, les appels à contribution de la série. Les pages de Socio Économie du Travail donneront étalement accès à toutes informations pertinentes sur l’actualité de le recherche en Socio Economie du Travail (colloques, parutions, liens utiles …).

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.
La revue se veut lieu de débat entre les divers courants qui constituent l’approche économique des phénomènes du Travail. Elle développe un positionnement d’économie appliquée : une ouverture aux débats théoriques et aux travaux empiriques, un dialogue indispensable entre les uns et les autres.
Elle approfondit également sa tradition d’ouverture aux autres sciences du travail, considérant que le débat disciplinaire interne s’enrichit par le regard interdisciplinaire.

Un regard transverse aux diverses disciplines académiques, le franchissement résolu des limites d’une approche trop enfermée dans les paradigmes qu’admettent aujourd’hui encore les courants dominants de la science économique, s’imposent dans le champ scientifique du Travail et de l’Emploi.

Page d’accueil

Numéro AB/34 (Économies et Sociétés 6/2012)

Sommaire et résumés 

Bailly.F, Devetter.F.X, Horn.F, Est-il possible d’améliorer les conditions de travail et d’emploi dans le secteur des services ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1101-1128.

Résumé : La réaction des entreprises russes à la récession systémique des années 1990, drastique et durable, est essentiellement passée par une adaptation intra-organisationnelle qui cherchait à éviter les licenciements à grande échelle. Cette réaction tient à une volonté de conserver des compétences qui sont indispensables pour faire face à la crise de la production et à l’obsolescence du capital physique. Dans cet exemple russe, l’application de la grille conceptuelle de Boltanski-Thévenot permet de préciser le système de représentations sociales qui appuyait ces ajustements internes.

Bruyère.M, Laurence Lizé.L, Contrat de travail et sécurité des parcours sur le marché du travail, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1129-1158.

Résumé : Cet article propose de questionner le rôle du contrat de travail dans la sécurité des parcours sur le marché du travail. De nombreuses analyses supposent que le contrat de travail modifie le fonctionnement efficace du marché du travail. Il joue alors un rôle primordial dans la sécurité des trajectoires et dans le dualisme du marché du travail. Un CDI jugé trop stable a donc pour conséquence de reporter la précarité sur les contrats temporaires. En observant les parcours sur le marché du travail selon des critères plus larges que le seul passage par le chômage, nous montrons que le contrat de travail ne joue pas un rôle premier dans la sécurité des parcours. En effet, nous observons qu’une partie non négligeables de salariés en CDI connaissent des trajectoires fragiles et de salariés en CDD sont sur des trajectoires sécurisées. Enfin, nous mettons en évidence l’existence d’autres sources d’explications de la sécurité des parcours telles que les logiques sectorielles.

Koumakhov.R, L’entreprise russe face à la crise systémique : compromis organisationnels et principes de justification, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1159-1182.

Résumé : Les services à la personne sont au cœur de la politique de l’emploi, en France, depuis plus de vingt ans et tout particulièrement depuis 2005. La volonté d’exploiter un gisement d’emploi a cependant fait privilégier les aspects quantitatifs sur la question de la qualité des emplois. Celle-ci demeure très médiocre en dépit des efforts affichés par de nombreux acteurs. L’article analyse le décalage entre ces discours et la réalité. Si certains mécanismes sont identiques dans l’ensemble des services à la personne, d’autres diffèrent selon les activités : ainsi les activités relevant du care sont prises dans un « cercle vicieux » alors que celles liées au clean sont piégées dans une « trappe à précarités ». L’analyse en termes de ‘mondes de production’ permet de souligner que les perspectives sont également différentes.

Chassagnon.V, Pouvoir et coopération dans la firme et entre les firmes, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1183-1210.

Résumé : Le débat sur les modalités de mise en œuvre d’une «flexicurité» se structure autour de l’opposition entre deux principales options. L’une conduit, selon notre interprétation, à vouloir mettre en œuvre un capitalisme idéal d’individus rendus autonomes par la possession de dotations suffisantes en différents capitaux. L’autre renvoie au contraire à une vision dont nous pensons qu’elle pourrait être avantageusement rapprochée de la vision qui était celle de Commons du capitalisme raisonnable.

Morel.S, Sécurisation des trajectoires professionnelles, institutionnalisme commonsien et marchés transitionnels, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1211-1240.

Résumé : Dans cet article, notre objectif est triple. Tout d’abord, nous proposons un cadre théorique renouvelé de l’analyse des relations de pouvoir en nous appuyant sur certains travaux de la théorie des organisations (notamment l’approche fondée sur la dépendance des ressources) afin d’aider à combler le vide conceptuel laissé par les théoriciens de la firme. Puis, nous défendons la thèse que le pouvoir représente la clé méthodologique qui manque à l’économiste pour analyser l’émergence de la coopération intra-firme et de l’identité sociale collective dans la relation d’emploi. Enfin, nous nous intéressons aux fondements de la coopération inter-firmes (relation de sous-traitance) dans l’intention de mettre en exergue le rôle cohésif du pouvoir dans la firme-réseau et de comparer le régime de gouvernement interne et le régime de gouvernement externe des relations de pouvoir.

Lavialle.C, Les projets de « flexi-sécurité » : capitalisme « idéal » vs « capitalisme raisonnable » ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1241-1268.

Résumé : La sécurisation des trajectoires professionnelles, telle que conçue par l’approche des marchés transitionnels, est peu théorisée, faute d’être intégrée à un cadre conceptuel élaboré qui lui donne une véritable consistance théorique. L’institutionnalisme commonsien peut pallier ce problème. Cet article présente une théorisation commonsienne de la sécurisation des trajectoires professionnelles inspirée d’une analyse transactionnelle de la relation salariale.

Page d’accueil

Du merchandising des fabricants au merchandising des distributeurs, ou le bricolage collectif d’un dispositif de gestion du marché

Cet article restitue la genèse d’un dispositif de gestion du marché — le merchandising— visant à favoriser la rencontre entre l’offre et la demande par le biais d’un agencement contrôlé des produits sur le lieu de vente. Il décrit les conditions d’émergence de ce dispositif ainsi que l’évolution des rapports entre distributeurs et fabricants autour de la maîtrise de sa mise en œuvre. L’auteur montre enfin les processus par lesquels le merchandising a fini par se stabiliser autour d’une définition commune aux multiples professionnels du marché, tous à la recherche de nouveaux débouchés pour leurs activités.

Barrey.S, Socio-Économie du Travail n°25 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), avril 2005, p.625-648.

Page d’accueil / Home Page

Welfare State Regimes and Family Convention: An Analysis of the Employment-Family Relationships

The international differences in the relationships between female labour market participation and family composition are embedded in a variety of welfare capitalism. In order to analyse these differences, this paper exhibits the different “compromises” on which family policy are grounded in different Welfare State Regimes, as stated by Esping-Andersen. The diversity of compromises imply different types of coordination between female labour market participation and family formation. Different types of complementarity between social, family-oriented and employment policies are contrasted, as well as different consequences on labour market gendered inequalities. The French case illustrates a specific midway between two patterns.

Thèvenon.O, Socio-Économie du Travail n°27 (Économies et Sociétés, tome XL), septembre 2006, p.1137-1172.

Page d’accueil / Home Page

Régimes d’État -Social et conventions familiales: une analyse de la régulation des relations emploi-famille

La variété des relations entre activité des femmes et composition des familles au niveau international a pour origine les formes de régulation variable des relations emploi-famille. Cet article propose une analyse de cette régulation permettant de relire la distinction des régimes d’État-Social d’Esping-Andersen en identifiant le compromis qui sous-tend cette régulation dans chacun des régimes. Cette pluralité de compromis impliquent différents modes de coordination entre la participation des femmes à l’emploi et le processus de constitution de la famille. Cette analyse permet alors de contraster des formes d’articulation variables entre politiques familiales, sociales et d’emploi et fait apparaître des modes d’expression variable des inégalités hommes-femmes sur le marché du travail. Le cas de la France est présenté comme un compromis particulier et fragile entre ces ‘idéaux-types’.

Thèvenon.O, Socio-Économie du Travail n°27 (Économies et Sociétés, tome XL), septembre 2006, p.1137-1172.

Page d’accueil / Home Page

The German model of labour market segmentation – tendencies of change

In the first two decades after the Second World War a specific labour market structure emerged in the Federal Republic of Germany as integral part of “Rhenish Capitalism”. Basic elements were the hegemony of internal labour markets, a strong protection of wage labour against market forces and a far reaching “vocationalism” in the employment system. In the last two decades there is an increasing evidence of change: a growth of external and secondary markets, de-regulation and re-commodification, and a downgrade of the socio-economic space for vocational skills. East Germany plays the role of a testing field and forerunner. We interpret these tendencies as modifications of the German model rather than as fundamental change and expect path dependency for the future. The analyses demonstrate that segmentation concepts are still useful heuristic instruments and that a better understanding of external labour markets is crucial for research and policy development.

Lutz.B, Köhler.C, Grünert.H, Struck.O, Socio-Économie du Travail n°28 (Économies et Sociétés, tome XLI), juin 2007, p.1057-1088.

Page d’accueil / Home Page

Wage-Labour in the pastoral exploitations of the Senegalese Sahel (Ferlo)

The organization of farm management in Ferlo opens with wage labour, confirming the monetisation of the Sahelian system of transhumance. Today, 25% of the pastoral exploitations of Ferlo resort to wage-labour for various reasons: needs for the production management in general and small ruminant in particular, social status of the stockbreeders and improvement of the living conditions. In return, the wage-labour improves the incomes of the encampments, attenuates the risks of conflicts, helps the employees to constitute their own livestock, and contributes to the durability of the way of life and the production of the pastoral societies. Individual choice at the beginning, the wage-labour leads to the collective protection of the exploitations, but does not erase social pattern of production. Therefore many differences remain between types.

Wane.A, Camara.A-D, Ancey.V, Joly.N, Kâ.N-S, Socio-Économie du Travail n°31 (Économies et Sociétés, tome XLIII), septembre 2009, p. 1443-1468.

Page d’accueil / Home Page

Choix individuel et sécurisation collective. Formes de salariat dans les exploitations pastorales du Sahel sénégalais (Ferlo)

L’organisation du travail au Ferlo s’ouvre au salariat, confirmant la monétarisation des économies pastorales sahéliennes. Aujourd’hui, 25% des exploitations pastorales du Ferlo recourent au salariat pour différents motifs : nécessités de la gestion de la production en général et des petits ruminants en particulier, statut social des éleveurs et amélioration des conditions de vie. En retour, le salariat améliore les revenus des campements, atténue les risques de conflits, aide les salariés à se constituer leur propre cheptel, et contribue à la durabilité du mode de vie et de production des sociétés pastorales. Choix individuel au départ, le salariat aboutit à la sécurisation du collectif d’élevage, sans pour autant bouleverser les cadres sociaux du travail. Cependant de profondes différences existent entre les types de salariés.

Wane.A, Camara.A-D, Ancey.V, Joly.N, Kâ.N-S, Socio-Économie du Travail n°31 (Économies et Sociétés, tome XLIII), septembre 2009, p. 1443-1468.

Page d’accueil / Home Page