Archives par mot-clé : politique de l’emploi

Une analyse socioéconomique de l’emploi dans l’hôtellerie-restauration en France et aux Etats-Unis

L’objectif de cet article est de comprendre les raisons pour lesquelles les emplois de l’hôtellerie restauration sont plus élevés aux Etats-Unis qu’en France. On mobilise dans un premier temps diverses variables économiques (durée du travail, volumes de consommation, productivité et qualité du service rendu) pour éclairer ces écarts en emplois et en volumes de travail. Mais les réponses apportées demeurent insuffisantes. En particulier, au terme de la décomposition que nous proposons, rien n’est dit sur les raisons pour lesquelles les salariés américains acceptent, dans ce secteur d’activité, des rémunérations très faibles, que ce soit en référence à la situation française ou à la situation des autres secteurs de l’économie américaine. En adoptant une démarche de type sociétale, on montre alors que différents espaces (régulation, concurrentiel, organisationnel et familial et social) interviennent pour éclairer le recours massif à une main d’œuvre très jeune dans l’hôtellerie-restauration américain.

Jany-Catrice.F, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.147-181.

Page d’accueil / Home Page

Rémunération à l’ancienneté et individualisation des salaires: actualité de la théorie du paiement différé

Dans le cadre d’une démarche associée à l’émergence de l’Economie des Ressources Humaines le modèle paiement différé est confronté à l’évolution des modes de rémunération en France. A partir des hypothèses des modèles à paiement différé nous montrons, notamment, que la remise en cause des augmentations systématiques à l’ancienneté en France peut être imputée, en partie au moins, à l’évolution démographique et à la relative inefficacité de ce mode de rémunération pour inciter les salariés à l’effort. Par ailleurs, il s’avère que le principe du paiement différé est davantage en adéquation avec l’actuelle individualisation des salaires qu’avec la rémunération systématique à l’ancienneté alors que cette dernière hypothèse avait été largement retenue jusqu’alors.

Lemistre.P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.67-88.

Page d’accueil / Home Page

Coopération, qualification professionnelle et régimes de responsabilité-innovation institutionnelle et crise professionnelle en agriculture

La profession agricole, comme d’autres professions, paraît aujourd’hui remise en cause par une crise de confiance (les peurs alimentaires, les revendications environnementalistes…). En s’appuyant sur ce cas, cet article propose un cadre d’analyse général des professions. Le point de départ est une analyse des modes de coordination qui, à côté du marché et de l’Etat, introduit un troisième mode de gouvernance attribué aux collectifs. En combinant des approches en termes de convention et en termes de compétences, un modèle général des conventions professionnelles est dégagé. Des conventions de coopération permettent la construction de savoirs collectifs et la régulation des collectifs, tandis que des conventions de qualification définissent les statuts et le champ professionnels. La qualification professionnelle renvoie, d’une part, à un ensemble de compétences fondamentales et, d’autre part, à un régime de responsabilité (éthique professionnelle et réglementation des activités professionnelles). La crise professionnelle peut alors être vue comme la conséquence de changements dans les formes de qualification et le régime de responsabilité.

Allaire.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.27-65.

Page d’accueil / Home Page

Les nouvelles formes d’intensification du travail industriel : logiques technologiques, organisationnelles et économiques

Cet article porte sur l’intensification du travail dans les activités industrielles. Il en montre l’ampleur au cours des vingt dernières années et analyse les nouvelles formes qu’elle prend avec les mutations technologiques et organisationnelles. Il examine la relation entre intensification du travail et évolution de l’emploi et le rôle joué par les structures d’âge de la main-d’œuvre. Il étudie la contribution de l’intensification du travail à l’accroissement de la productivité du travail et montre les liens qui s’établissent entre formes d’intensification du travail et logiques de rentabilité.

 Valeyre.A, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1993-2027.

Page d’accueil / Home Page

Du métier individuel au métier d’entreprise

Les politiques et outils de GRH ont un rôle structurant sur les activités de R&D, en influençant fortement les trajectoires des chercheurs dans les organisations. A partir du cas de Comtel, une entreprise du secteur des télécommunications, nous montrons comment cette structuration passe par des politiques et outils RH si ces dernières ne restent pas à l’état d’« inventions dogmatiques ». Face à ce risque, nous analysons le rôle d’acteurs ou d’objets qui, localement, en permettent une appropriation.

Combes.M-C, Lozier.F, Socio-Économie du Travail n°25 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), avril 2005, p.803-825.

Page d’accueil / Home Page

Travail cognitif et gestion des connaissances dans les activités de conception

L’article propose une analyse essentiellement théorique des politiques de gestion des connaissances mises en œuvre au sein des entreprises depuis le milieu des années 90. A cette fin, la notion de travail cognitif est avancée pour caractériser le procès de production des connaissances qui forme le cœur des activités de conception. Une réflexion sur les « outils cognitifs » mobilisés est également proposée. Sur ces bases, les politiques de gestion des connaissances sont considérées doublement : comme une politique d’intervention sur les manière de réfléchir et de concevoir ; comme une politique de gestion des contextes d’action.

Dieuaide.P, Socio-Économie du Travail n°25 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), avril 2005, p.699-723.

Page d’accueil / Home Page

What became of labour market segmentation in France: its changing design

Un survey de trente années de littérature française suggère que la théorie de la segmentation du marché du travail est aujourd’hui sur une position contradictoire : c’est simultanément une référence obligée des débats sur la diversité des modalités de la relation d’emploi ; une référence démodée pour les travaux portant sur les inégalités sociales ou sur les dynamiques historiques des systèmes productifs. Les reformulations segmentationnistes contemporaines peuvent redonner à la perspective segmentationniste une place plus centrale dans les débats d’aujourd’hui.

Michon.F, Socio-Économie du Travail n°28 (Économies et Sociétés, tome XLI), juin 2007, p.999-1026.

Page d’accueil / Home Page

Preliminary thoughts on identify and segmentation in primary sector labor markets

Cet article soutient que l’on assiste à un glissement au sein de la structure du marché du travail, vers un usage croissant de réseaux sociaux fondés sur des critères qui à l’origine faisaient l’objet d’une segmentation du marché du travail au sein des emplois à bas revenu : race, sexe et origine ethnique, mais également âge, handicap ou orientation sexuelle. Cela questionne donc la présupposition des anciens travaux sur la segmentation du marché du travail, selon laquelle a) quand on monte dans la hiérarchie salariale, les emplois sont de plus en plus pourvus par des procédures institutionnelles formelles et sur la base de références objectives et b) les résultats opposés des minorités sur des emplois à bas salaires sont liés à leur trop grande dépendance à l’égard des réseaux sociaux sur le marché du travail.

Piore.M, Safford.S, Socio-Économie du Travail n°28 (Économies et Sociétés, tome XLI), juin 2007, p.925-940.

Page d’accueil / Home Page

From segmentation to flexibility to segmentation amidst flexibility : the case of the United States

Dans les années 1970, les économistes américains se sont beaucoup intéressés à la théorie de la segmentation du marché du travail, en particulier dans sa version dualiste. Dans les années 1980, leur intérêt a décliné, en raison de ses problèmes théoriques et empiriques internes, et des changements survenus sur le marché du travail, à la suite de la recherche de flexibilité par les employeurs et les décideurs politiques. La segmentation survit encore aujourd’hui, au sein de marchés du travail peut-être plus flexibles. L’économie politique de la segmentation du marché du travail est encore un cadre utile pour étudier les questions cruciales auxquelles doivent faire face les travailleurs des États-Unis.

Rosenberg.S, Socio-Économie du Travail n°28 (Économies et Sociétés, tome XLI), juin 2007, p.897-924.

Page d’accueil / Home Page

Systèmes d’emploi français et britannique: évolutions entre 1980 et 2001

Le but de cet article est d’analyser l’évolution des lignes de segmentation des systèmes d’emploi français et britannique des années 1980 à 2000. Fondé sur une analyse des correspondances multiples à partir des enquêtes nationales sur l’emploi de 1982-83 et 2001, ce travail met en évidence le passage d’une structure ternaire de ces systèmes à une organisation en quatre segments avec l’apparition dans les deux pays d’un nouveau segment nommé « marché secondaire stable ».

Valette.A, Socio-Économie du Travail n°29 (Économies et Sociétés, tome XLI), décembre 2007, p.1925-1957.

Page d’accueil / Home Page

Politiques familiales, familialisme et emploi féminin en Pologne. Une transition sans métamorphose

L’objectif de cet article est d’analyser la logique de la politique publique polonaise à l’égard du travail des femmes. Depuis plus d’une décennie, de nombreuses recherches soulignent l’importance des politiques familiales sur l’emploi féminin. La persistance d’une forte hétérogénéité en Europe alimente les analyses fondées sur l’identification de régimes d’Etat-providence. La Pologne se caractérise par la puissance du comportement familialiste de l’Etat et son modèle d’intervention se rapproche de celui observé en Europe méridionale. La présence de continuités institutionnelles entre le socialisme et la période actuelle souligne la pesanteur des héritages historiques et révèle de profondes résistances de l’Etat au changement.

Dupont-Dobrynski.M-L, Socio-Économie du Travail n°29 (Économies et Sociétés, tome XLI), décembre 2007, p.1895-1923.

Page d’accueil / Home Page

 

Le rôle des primes dans la régulation de la masse salariale des fonctionnaires d’État

Si les primes et indemnités dans la fonction publique permettent en principe la prise en compte des contributions au travail, elles ne sont toutefois que peu différenciées en fonction de la nature ou de la charge de travail réalisé. Le développement des primes dans la fonction publique peut alors s’expliquer au regard des insuffisances de la grille indiciaire : cette dernière éprouve quelques difficultés à maintenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires ainsi qu’à prendre en compte les nouvelles qualifications au travail.

Duveau.J, Socio-Économie du Travail n°29 (Économies et Sociétés, tome XLI), décembre 2007, p.1839-1867.

Page d’accueil / Home Page

La transition professionnelle des leaders syndicaux à l’issue d’un plan social

Cet article s’intéresse à la transition professionnelle subie de personnes à la réputation dégradée : les leaders syndicaux impliqués dans une gestion conflictuelle d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Articulant les cadres théoriques de l’engagement militant et de la perte d’emploi involontaire, le but de cet article est de répondre aux questions suivantes : Comment un leader syndical gère-t-il une transition subie ? Comment s’articulent les tactiques d’ajustement et les ressources utilisées ? Le cadre théorique posé dans une première partie, nous proposons ensuite une typologie de transitions professionnelles connues par ces leaders syndicaux ayant perdu leur emploi, articulant gestion du rebond et mobilisation de ressources.

Beaujolin-Bellet.R, Grima.F, Socio-Économie du Travail n°32 (Économies et Sociétés, tome XLIV), juillet 2010, p.1129-1156.

Page d’accueil / Home Page

Les politiques de lutte contre la pauvreté dans la crise : ruptures et continuités

Cet article propose de mettre en perspective les dispositifs de lutte contre la pauvreté mis en œuvre en Europe en réponse à la crise économique. Cinq pays sont étudiés, représentant différents modèles de protection sociale : la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. La crise économique implique un risque de pauvreté accru et interroge la capacité des différents modèles à contenir ce risque. L’analyse des mesures prises en réponse immédiate à la crise indique que ces dernières n’ont pas profondément modifié les systèmes en place avant la crise. Par ailleurs, cet article se concentre sur la tendance des politiques de l’emploi à mettre en avant l’activation des chômeurs comme outil de lutte contre la pauvreté au cours de la décennie qui a précédé la crise. Si ces politiques relèvent de logiques différentes selon les contextes nationaux, elles ont en commun de s’être développées dans une perspective de baisse des coûts qui se révèle problématique dans l’épisode de crise.

Françon.B, Guergoat-Larivière.M, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1329-1354.

Page d’accueil / Home Page

La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France

L’article s’intéresse au développement historique du travail intérimaire. Cette forme d’emploi a fait son apparition au début du siècle dernier aux États-Unis et en Grande-Bretagne. À partir des années 1940, porté par de grandes entreprises de travail temporaire nouvellement créées, son développement rapide concernera tout d’abord le domaine du secrétariat. Introduit en France au début des années 1950, son institutionnalisation, c’est-à-dire sa reconnaissance économique, sociale et politique, sera progressive.

Belkacem.R, Kornig.C, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1301-1327.

Page d’accueil / Home Page