Archives par mot-clé : marche du travail

Les premiers recrutements des « jeunes entreprises innovantes » : les variations de l’encastrement

Ce texte analyse les pratiques de recrutement des entreprises innovantes dans leurs premières années de fonctionnement. Il s’appuie sur une enquête par entretiens croisés portant sur 95 entreprises. Les entretiens ont permis d’isoler 618 situations de recrutements décrites de façon suffisamment précise pour analyser la façon dont les créateurs mobilisent des relations personnelles de différents types ou des dispositifs plus formels. Les recrutements étudiés étant datés par rapport à la création de l’entreprise, nous analysons la façon dont les pratiques évoluent au fil du temps, l’appel massif aux relations des premiers temps faisant plus de place aux dispositifs formels, ce que l’on peut interpréter comme un processus de découplage de l’entreprise relativement aux réseaux personnels des créateurs.

Cambridge E.U. contre Cambridge G.B. Deux approches segmentationnistes face au tournant des années 1980

Cet article constitue une analyse critique de la façon dont les théories segmentationnistes ont pris en compte les transformations de la structure du marché du travail sur la période 1970-2000. Traditionnellement très présentes sur ces questions nous nous intéressons aux théories d’inspiration institutionnaliste. Deux branches sont distinguées, l’une ayant pour foyer Cambridge, G.B., l’autre Cambridge E.U. Leur éloignement géographique sous-tend une divergence d’interprétation particulièrement intéressante. Ce travail nous conduira a étudier le rapport entre la définition d’un cadre d’analyse théorique et l’interprétation des faits.

Petit.H,  Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.1-26.

Page d’accueil / Home Page

La libéralisation des services funéraires : des régulations qui se cherchent

Le secteur des pompes funèbres offre un cas exemplaire de création d’un service public concurrentiel dans un secteur lourd du poids des enjeux civiques et sociaux. Cet article explore la dynamique de transformation des modalités de régulation du secteur, notamment à travers le jeu des régulations croisées entre Etat, professionnels et marché. Il questionne l’enjeu central que constitue la substitution d’une régulation de type « professionnelle » à l’ancienne régulation tutélaire, tant sur la gestion du marché des produits/services que sur celle du marché du travail.

Boissin.O, Trompette.P, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1933-1960.

Page d’accueil / Home Page

La construction pluridimensionnelle des rapports de travail et d’emploi. Une approche qualitative dans les entreprises privées de gestion des déchets

Cet article porte sur la pluralité et l’interdépendance des déterminants de la construction des rapports de travail et d’emploi dans la branche de la gestion des déchets ménagers. Les politiques publiques, les évolutions réglementaires et technologiques, les stratégies concurrentielles et la situation du marché du travail participent à la structuration des pratiques des entreprises autour de contraintes et d’objectifs communs mais autorisent aussi des marges de manœuvre et des points de divergence dans leur mise en œuvre. L’analyse s’appuie sur des enquêtes qualitatives menées dans la branche.

Thèvenot.N, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1903-1931.

Page d’accueil / Home Page

Systèmes d’emploi français et britannique: évolutions entre 1980 et 2001

Le but de cet article est d’analyser l’évolution des lignes de segmentation des systèmes d’emploi français et britannique des années 1980 à 2000. Fondé sur une analyse des correspondances multiples à partir des enquêtes nationales sur l’emploi de 1982-83 et 2001, ce travail met en évidence le passage d’une structure ternaire de ces systèmes à une organisation en quatre segments avec l’apparition dans les deux pays d’un nouveau segment nommé « marché secondaire stable ».

Valette.A, Socio-Économie du Travail n°29 (Économies et Sociétés, tome XLI), décembre 2007, p.1925-1957.

Page d’accueil / Home Page

Des formes du travail aux figures de la représentation collective. Trois études de cas (São Paulo, Brésil)

Dans le contexte de la mondialisation de la production et des échanges et des transformations récentes du marché du travail, cet article propose de discuter les transformations du champ de la représentation collective et de ses formes de légitimité dans un pays du Sud aussi inégalitaire que le Brésil. Dans une perspective historique, l’accent est mis sur le sens de l’activité militante qui se constitue en « filière », en interrogeant les formes d’articulation des syndicats et des militants avec leurs « adhérents » et les pouvoirs publics. La comparaison entre trois secteurs d’activité et des figures de la représentation collective, tous puisés dans l’univers des occupations d’exécution et/ou de bas statut aux contours peu définis – le secteur du télémarketing, la vente ambulante et l’emploi domestique – permettra d’en révéler les particularités et de poser quelques questions d’ordre plus général sur le sens des transformations actuelles.

Georges.I, Socio-Économie du Travail n°32 (Économies et Sociétés, tome XLIV), juillet 2010, p.1185-1211.

Page d’accueil / Home Page

Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ?

Les politiques de l’emploi ont abordé la crise après plusieurs années de réformes, marquées notamment par le développement des mesures d’activation, d’incitation au travail, et de recherche de compromis entre flexibilisation du marché du travail et sécurisation des trajectoires (« flexi sécurité »). Ces tendances ont été largement partagées, et en partie portées par la Stratégie européenne pour l’emploi depuis 1997, même si les différences entre modèles nationaux restent importantes. Or le retournement de la conjoncture en 2007 s’est traduit par une dégradation très rapide de la situation du marché du travail dans certains pays, avec une forte hausse du chômage, notamment concentrée sur les hommes jeunes et peu qualifiés. Face à cette situation, les tendances de réponse des politiques de l’emploi apparaissent ambiguës. Elles s’inscrivent globalement dans la continuité des réformes antérieures, et en particulier dans le cadre de l’« activation » des politiques de l’emploi, qui se poursuit au travers des réformes institutionnelles des intermédiaires sur le marché du travail, ou encore de la réflexion sur les incitations au travail. Malgré tout, les pays ont également recours, d’une part, à des outils de protection de l’emploi par l’accroissement de la flexibilité interne (notamment le chômage partiel), d’autre part, à des politiques de soutien au revenu sans contrepartie affichées à court terme. Ces ajustements ont sans doute permis de limiter la dégradation de la situation du marché du travail, notamment dans les pays continentaux et conduisent également à réintroduire des débats qui semblaient oubliés (sur le partage du travail, le salaire minimum), notamment dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne. Toutefois, le retournement récent (premier semestre 2010) des politiques économiques en faveur de plans de rigueur risque de remettre en cause ces développements, voire de mettre en danger les modèles vertueux de la dernière décennie, comme par exemple le Danemark.

Erhel.C, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p.1354-p. 1359.

Page d’accueil / Home Page

Contrat de travail et sécurité des parcours sur le marché du travail

Cet article propose de questionner le rôle du contrat de travail dans la sécurité des parcours sur le marché du travail. De nombreuses analyses supposent que le contrat de travail modifie le fonctionnement efficace du marché du travail. Il joue alors un rôle primordial dans la sécurité des trajectoires et dans le dualisme du marché du travail. Un CDI jugé trop stable a donc pour conséquence de reporter la précarité sur les contrats temporaires. En observant les parcours sur le marché du travail selon des critères plus larges que le seul passage par le chômage, nous montrons que le contrat de travail ne joue pas un rôle premier dans la sécurité des parcours. En effet, nous observons qu’une partie non négligeables de salariés en CDI connaissent des trajectoires fragiles et de salariés en CDD sont sur des trajectoires sécurisées. Enfin, nous mettons en évidence l’existence d’autres sources d’explications de la sécurité des parcours telles que les logiques sectorielles.

Bruyère.M, Laurence Lizé.L, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1129-1158.

Page d’accueil / Home Page