Archives par mot-clé : François Perroux

Socio Économie du Travail, la série AB de la revue Économies et Sociétés

Socio Économie du Travail constitue la série AB de la revue Économies et Sociétés (cahiers de l’ISMEA), fondée en 1944 par François Perroux.

Créée par Henri Bartoli, Socio Économie du Travail (à l’origine Économie du Travail) est aujourd’hui dirigée par François Michon, directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’Economie de la Sorbonne). Elle publie un ou deux cahiers par an, Économies et Sociétés 12 numéros par an, d’environ 200 pages chacun.  Elle est classée à la fois dans la liste de revue AERES Economie-Gestion et dans la liste CNRS de la section 37.

Sur ce carnet d’Hypothèses, Socio Économie du Travail informe de son activité. On y trouvera les sommaires et les résumés des articles publiés. Les introductions de numéros ou de dossiers, quelques pages d’articles sélectionnés y seront également accessibles en ligne. Les auteurs s’informeront sur les instructions nécessaires à la soumission de manuscrits, les appels à contribution de la série. Les pages de Socio Économie du Travail donneront étalement accès à toutes informations pertinentes sur l’actualité de le recherche en Socio Economie du Travail (colloques, parutions, liens utiles …).

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.
La revue se veut lieu de débat entre les divers courants qui constituent l’approche économique des phénomènes du Travail. Elle développe un positionnement d’économie appliquée : une ouverture aux débats théoriques et aux travaux empiriques, un dialogue indispensable entre les uns et les autres.
Elle approfondit également sa tradition d’ouverture aux autres sciences du travail, considérant que le débat disciplinaire interne s’enrichit par le regard interdisciplinaire.

Un regard transverse aux diverses disciplines académiques, le franchissement résolu des limites d’une approche trop enfermée dans les paradigmes qu’admettent aujourd’hui encore les courants dominants de la science économique, s’imposent dans le champ scientifique du Travail et de l’Emploi.

Page d’accueil