Archives par mot-clé : flexibilite de l’emploi

Flexibilité du travail parasubordonné et rigidité des statistiques officielles. Le cas de la Grèce

L’idée générale de cet article est que la conception habituelle de la flexibilité externe du travail, calquée sur le modèle des pays les plus avancés de l’OCDE, a peu de sens pour un pays comme la Grèce où la flexibilité se trouve essentiellement en dehors ou en marge du travail salarié (officiel). La prolifération des « zones grises » entre le travail salarié et le travail indépendant constitue un exemple typique de flexibilité extrême du travail, lequel, pourtant, passe totalement inaperçu dans les statistiques officielles. Afin d’étudier ce phénomène, on utilise le concept du travail parasubordonné, qui provient d’Italie. Après avoir analysé l’évolution, les problèmes et les avantages comparatifs de la notion de travail parasubordonné, on s’appuie sur une enquête de terrain portant sur les ingénieurs grecs, afin de montrer que le phénomène du travail parasubordonné est très répandu chez les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Enfin, concernant le point de vue des politiques publiques, on argumente que l’ampleur du phénomène ainsi que les rapports de force entre le travailleur parasubordonné et son donneur d’ordre rendent inefficace toute mesure législative, qui cherche à requalifier le travail parasubordonné comme un travail salarié à part entière.

Liagouras.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.113-145.

Page d’accueil / Home Page

Les emplois ne sont pas plus instables : explications et incidences sur la régulation de l’emploi

Assiste-t-on à l’émergence d’un modèle d’emploi instable ? De nombreux travaux abondent en ce sens. Sur la base d’une recension des études statistiques réalisées sur le sujet, ce diagnostic est tout d’abord discuté. Il est montré qu’on observe plus une transformation des formes de la mobilité, la précarité se substituant aux démissions, qu’à une généralisation de l’instabilité. Dans un second temps, on cherche à expliquer cette stabilité globale de l’emploi en insistant, en particulier, sur le fait que les exigences des entreprises sont plus contradictoires qu’on ne le laisse souvent entendre.

Ramaux.C, Socio-Économie du Travail n°26 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), août 2005, p.1443-1470.

Page d’accueil / Home Page

From segmentation to flexibility to segmentation amidst flexibility : the case of the United States

Dans les années 1970, les économistes américains se sont beaucoup intéressés à la théorie de la segmentation du marché du travail, en particulier dans sa version dualiste. Dans les années 1980, leur intérêt a décliné, en raison de ses problèmes théoriques et empiriques internes, et des changements survenus sur le marché du travail, à la suite de la recherche de flexibilité par les employeurs et les décideurs politiques. La segmentation survit encore aujourd’hui, au sein de marchés du travail peut-être plus flexibles. L’économie politique de la segmentation du marché du travail est encore un cadre utile pour étudier les questions cruciales auxquelles doivent faire face les travailleurs des États-Unis.

Rosenberg.S, Socio-Économie du Travail n°28 (Économies et Sociétés, tome XLI), juin 2007, p.897-924.

Page d’accueil / Home Page