Archives par mot-clé : Economie du travail

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.

Socio Économie du Travail, la série AB de la revue Économies et Sociétés

Socio Économie du Travail constitue la série AB de la revue Économies et Sociétés (cahiers de l’ISMEA), fondée en 1944 par François Perroux.

Créée par Henri Bartoli, Socio Économie du Travail (à l’origine Économie du Travail) est aujourd’hui dirigée par François Michon, directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’Economie de la Sorbonne). Elle publie un ou deux cahiers par an, Économies et Sociétés 12 numéros par an, d’environ 200 pages chacun.  Elle est classée à la fois dans la liste de revue AERES Economie-Gestion et dans la liste CNRS de la section 37.

Sur ce carnet d’Hypothèses, Socio Économie du Travail informe de son activité. On y trouvera les sommaires et les résumés des articles publiés. Les introductions de numéros ou de dossiers, quelques pages d’articles sélectionnés y seront également accessibles en ligne. Les auteurs s’informeront sur les instructions nécessaires à la soumission de manuscrits, les appels à contribution de la série. Les pages de Socio Économie du Travail donneront étalement accès à toutes informations pertinentes sur l’actualité de le recherche en Socio Economie du Travail (colloques, parutions, liens utiles …).

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.
La revue se veut lieu de débat entre les divers courants qui constituent l’approche économique des phénomènes du Travail. Elle développe un positionnement d’économie appliquée : une ouverture aux débats théoriques et aux travaux empiriques, un dialogue indispensable entre les uns et les autres.
Elle approfondit également sa tradition d’ouverture aux autres sciences du travail, considérant que le débat disciplinaire interne s’enrichit par le regard interdisciplinaire.

Un regard transverse aux diverses disciplines académiques, le franchissement résolu des limites d’une approche trop enfermée dans les paradigmes qu’admettent aujourd’hui encore les courants dominants de la science économique, s’imposent dans le champ scientifique du Travail et de l’Emploi.

Page d’accueil

Numéro AB/34 (Économies et Sociétés 6/2012)

Sommaire et résumés 

Bailly.F, Devetter.F.X, Horn.F, Est-il possible d’améliorer les conditions de travail et d’emploi dans le secteur des services ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1101-1128.

Résumé : La réaction des entreprises russes à la récession systémique des années 1990, drastique et durable, est essentiellement passée par une adaptation intra-organisationnelle qui cherchait à éviter les licenciements à grande échelle. Cette réaction tient à une volonté de conserver des compétences qui sont indispensables pour faire face à la crise de la production et à l’obsolescence du capital physique. Dans cet exemple russe, l’application de la grille conceptuelle de Boltanski-Thévenot permet de préciser le système de représentations sociales qui appuyait ces ajustements internes.

Bruyère.M, Laurence Lizé.L, Contrat de travail et sécurité des parcours sur le marché du travail, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1129-1158.

Résumé : Cet article propose de questionner le rôle du contrat de travail dans la sécurité des parcours sur le marché du travail. De nombreuses analyses supposent que le contrat de travail modifie le fonctionnement efficace du marché du travail. Il joue alors un rôle primordial dans la sécurité des trajectoires et dans le dualisme du marché du travail. Un CDI jugé trop stable a donc pour conséquence de reporter la précarité sur les contrats temporaires. En observant les parcours sur le marché du travail selon des critères plus larges que le seul passage par le chômage, nous montrons que le contrat de travail ne joue pas un rôle premier dans la sécurité des parcours. En effet, nous observons qu’une partie non négligeables de salariés en CDI connaissent des trajectoires fragiles et de salariés en CDD sont sur des trajectoires sécurisées. Enfin, nous mettons en évidence l’existence d’autres sources d’explications de la sécurité des parcours telles que les logiques sectorielles.

Koumakhov.R, L’entreprise russe face à la crise systémique : compromis organisationnels et principes de justification, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1159-1182.

Résumé : Les services à la personne sont au cœur de la politique de l’emploi, en France, depuis plus de vingt ans et tout particulièrement depuis 2005. La volonté d’exploiter un gisement d’emploi a cependant fait privilégier les aspects quantitatifs sur la question de la qualité des emplois. Celle-ci demeure très médiocre en dépit des efforts affichés par de nombreux acteurs. L’article analyse le décalage entre ces discours et la réalité. Si certains mécanismes sont identiques dans l’ensemble des services à la personne, d’autres diffèrent selon les activités : ainsi les activités relevant du care sont prises dans un « cercle vicieux » alors que celles liées au clean sont piégées dans une « trappe à précarités ». L’analyse en termes de ‘mondes de production’ permet de souligner que les perspectives sont également différentes.

Chassagnon.V, Pouvoir et coopération dans la firme et entre les firmes, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1183-1210.

Résumé : Le débat sur les modalités de mise en œuvre d’une «flexicurité» se structure autour de l’opposition entre deux principales options. L’une conduit, selon notre interprétation, à vouloir mettre en œuvre un capitalisme idéal d’individus rendus autonomes par la possession de dotations suffisantes en différents capitaux. L’autre renvoie au contraire à une vision dont nous pensons qu’elle pourrait être avantageusement rapprochée de la vision qui était celle de Commons du capitalisme raisonnable.

Morel.S, Sécurisation des trajectoires professionnelles, institutionnalisme commonsien et marchés transitionnels, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1211-1240.

Résumé : Dans cet article, notre objectif est triple. Tout d’abord, nous proposons un cadre théorique renouvelé de l’analyse des relations de pouvoir en nous appuyant sur certains travaux de la théorie des organisations (notamment l’approche fondée sur la dépendance des ressources) afin d’aider à combler le vide conceptuel laissé par les théoriciens de la firme. Puis, nous défendons la thèse que le pouvoir représente la clé méthodologique qui manque à l’économiste pour analyser l’émergence de la coopération intra-firme et de l’identité sociale collective dans la relation d’emploi. Enfin, nous nous intéressons aux fondements de la coopération inter-firmes (relation de sous-traitance) dans l’intention de mettre en exergue le rôle cohésif du pouvoir dans la firme-réseau et de comparer le régime de gouvernement interne et le régime de gouvernement externe des relations de pouvoir.

Lavialle.C, Les projets de « flexi-sécurité » : capitalisme « idéal » vs « capitalisme raisonnable » ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1241-1268.

Résumé : La sécurisation des trajectoires professionnelles, telle que conçue par l’approche des marchés transitionnels, est peu théorisée, faute d’être intégrée à un cadre conceptuel élaboré qui lui donne une véritable consistance théorique. L’institutionnalisme commonsien peut pallier ce problème. Cet article présente une théorisation commonsienne de la sécurisation des trajectoires professionnelles inspirée d’une analyse transactionnelle de la relation salariale.

Page d’accueil

Extraits de l’article de Jacques Freyssinet publié dans le numéro AB/33

 Typologies (p. 1230-1231)

Notre hypothèse est que les modes de production des normes de la relation d’emploi sont principalement déterminés par les caractéristiques institutionnelles des systèmes de relations professionnelles. L’accent a souvent été mis sur l’opposition entre modèle pluraliste et modèle néo-corporatiste.

–       Dans le premier cas, les différents intérêts sont représentés par des groupes nombreux, décentralisés, non hiérarchisés qui alternent conflits et compromis. Les niveaux et les modalités de production de normes sont multiples et faiblement coordonnés.

–       Dans le second cas, un petit nombre d’organisations centralisées disposent d’un monopole reconnu de représentation des principaux groupes économiques et sociaux et sont associées à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques. La production des normes s’opère par compromis ou consensus ; la hiérarchie des normes garantit leur cohérence.

Des illustrations proches du second modèle sont fournies en Europe occidentale par les pays scandinaves et germaniques. Au sein du premier modèle, des travaux comparatifs ultérieurs ont amené à distinguer, au moins jusqu’aux dernières décennies, entre les pays où le pluralisme fonctionne avec des règles du jeu acceptées par les différents acteurs, par exemple, les pays anglo-saxons, et ceux, essentiellement en Europe du Sud, où une stratégie de lutte de classes est restée longtemps dominante dans le mouvement syndical. Dans ce dernier cas, le conflit porte aussi sur le mode de production des normes.

Les débats ont été relancés par l’expérience des « pactes sociaux » depuis la décennie 1990 (Fajertag, Pochet, 2000 ; Natali, Pochet, 2009). Le degré et la durée de l’engagement des différents pays européens dans cette nouvelle modalité de production de normes ne correspondaient qu’imparfaitement aux typologies traditionnelles. Le même constat s’impose à propos de la crise économique actuelle. Empiriquement, il est possible de distinguer trois grands types de situations :

–     certains pays, qui disposaient d’institutions tripartites et/ou paritaires stables, les ont mobilisées pour chercher un accord sur des décisions conjointes ou coordonnées ;

–     d’autres pays, qui ne connaissaient pas de telles institutions, ont expérimenté des procédures visant à articuler la politique publique et la négociation interprofessionnelle ;

–     dans un troisième groupe, on trouve des pays où les rapports entre État, patronat et syndicats s’établissent de manière pragmatique et discontinue, souvent informelle, en fonction des dossiers et des circonstances.

En partant de ce constat, de nouvelles interrogations émergent sur les facteurs de différenciation des trajectoires nationales…

……………………….

Quelques enseignements (p. 1258-1260)
  • Il n’existe pas de correspondance entre les typologies classiques des systèmes de relations professionnelles des pays d’Europe occidentale et les résultats tirés de l’observation empirique de leurs réactions face à la crise économique. Ces derniers résultats ne portent que sur le mode de traitement d’un problème précis : l’adaptation, dans un contexte historique exceptionnel, des normes de la relation d’emploi. Ils n’invalident pas les typologies évoquées initialement, mais ils montrent les limites de leur validité prédictive.
  • Les trois configurations typiques retenues pour illustrer la nature des rapports entre la production des normes publiques et des normes négociées offrent, chacune, des exemples (provisoires) de réussite ou d’échec relatif quant à la capacité de coopération entre les acteurs. Certes, les pays étudiés ont été choisis pour illustrer les contrastes, mais l’introduction d’autres pays dans l’échantillon ne ferait qu’accroître la diversité[1]. On ne peut dégager aucun one best way qui désignerait le modèle de production des normes le plus efficace pour répondre aux chocs engendrés par la crise économique sur la relation d’emploi.
  • Il est de même impossible de se satisfaire d’une hypothèse de dépendance de sentier. La rupture (provisoire ou durable ?) de la tradition, emblématique de l’Irlande, de plus de vingt années de pacte social en est une illustration spectaculaire. Il en est de même, à un moindre degré, du retour au premier plan de la norme publique en Allemagne (Kurzarbeit et salaire minimum) ou du développement proliférant d’un tripartisme normatif masqué en France. Les comportements d’acteurs sont guidés, mais ne sont pas prédéterminés par les institutions. Dans le réseau de contraintes auxquelles ils sont soumis, les acteurs conservent des capacités d’inflexions stratégiques.
  • L’existence d’accords tripartites ne préjuge en rien de la qualité de leur contenu. Comme l’a bien montré le débat sur les pactes sociaux dans la décennie 1990, ces accords peuvent représenter un échange de contreparties apparemment équilibré. Ils peuvent aussi traduire les concessions que doivent accepter des organisations syndicales dominées pour rester des acteurs reconnus de la régulation sociale. Le même constat se dégage à l’occasion de la crise économique récente avec une pondération qui varie selon les pays et selon les sous-périodes.
  • Dans les différences entre pays et périodes, la variable politique ne peut être négligée, mais n’exerce pas une influence mécanique. Les dynamiques sont fort comparables en Espagne et en France avec des gouvernements de gauche et de droite. En Allemagne, le récent changement de composition de la majorité n’a pas engendré, à ce jour, les inflexions qui étaient attendues, tandis qu’au Royaume-Uni, les conservateurs et le New Labour partagent le même rejet d’une régulation sociale centralisée, qu’elle soit tripartite ou paritaire. Enfin, en Irlande comme aux Pays-Bas, les combinaisons gouvernementales successives ont, pour le moins jusqu’en 2010, affirmé leur attachement aux compromis tripartites.
  • Sans faire preuve d’un économisme sommaire, on ne peut ignorer que les deux modèles les plus profondément mis en cause (Espagne et Irlande) sont ceux des pays les plus brutalement touchés en Europe occidentale par la crise économique. Peut-être n’annoncent-ils qu’une tendance qui deviendra plus générale. Dans une première phase, la mise en œuvre de plans de relance et la volonté d’amortir les coûts sociaux ont créé dans presque tous les pays les conditions de compromis assez largement acceptés. Le retour en force des impératifs de compétitivité internationale, de réduction des déficits budgétaires, voire de crédibilité monétaire a déplacé, avec une force inégale selon les pays, les priorités et le rapport des forces. La crise peut alors devenir une fenêtre d’opportunité pour imposer aux syndicats, en matière de coût du travail et de flexibilité de la relation salariale, des réformes qui figuraient de longue date sur les agendas du patronat et de certains gouvernements….

[1] Ce que nous avons essayé de le montrer dans Freyssinet, 2010b. On pourra s’étonner de ne voir aucun représentant du modèle nordique parmi les cas étudiés ici. Ceci résulte de l’impossibilité de dégager soit un caractère qui leur soit commun, soit une expérience novatrice dans leurs réactions face à la crise. La Norvège a préservé ses modes de régulation tripartites. La Suède et la Finlande ont vu se confirmer la rupture, intervenue antérieurement, des formes de régulation paritaire interprofessionnelle. Le Danemark a maintenu sa logique spécifique dans laquelle un accord multisectoriel couvrant l’industrie sert de référence pour l’ensemble du secteur privé.

Page d’accueil

Une analyse socioéconomique de l’emploi dans l’hôtellerie-restauration en France et aux Etats-Unis

L’objectif de cet article est de comprendre les raisons pour lesquelles les emplois de l’hôtellerie restauration sont plus élevés aux Etats-Unis qu’en France. On mobilise dans un premier temps diverses variables économiques (durée du travail, volumes de consommation, productivité et qualité du service rendu) pour éclairer ces écarts en emplois et en volumes de travail. Mais les réponses apportées demeurent insuffisantes. En particulier, au terme de la décomposition que nous proposons, rien n’est dit sur les raisons pour lesquelles les salariés américains acceptent, dans ce secteur d’activité, des rémunérations très faibles, que ce soit en référence à la situation française ou à la situation des autres secteurs de l’économie américaine. En adoptant une démarche de type sociétale, on montre alors que différents espaces (régulation, concurrentiel, organisationnel et familial et social) interviennent pour éclairer le recours massif à une main d’œuvre très jeune dans l’hôtellerie-restauration américain.

Jany-Catrice.F, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.147-181.

Page d’accueil / Home Page

Flexibilité du travail parasubordonné et rigidité des statistiques officielles. Le cas de la Grèce

L’idée générale de cet article est que la conception habituelle de la flexibilité externe du travail, calquée sur le modèle des pays les plus avancés de l’OCDE, a peu de sens pour un pays comme la Grèce où la flexibilité se trouve essentiellement en dehors ou en marge du travail salarié (officiel). La prolifération des « zones grises » entre le travail salarié et le travail indépendant constitue un exemple typique de flexibilité extrême du travail, lequel, pourtant, passe totalement inaperçu dans les statistiques officielles. Afin d’étudier ce phénomène, on utilise le concept du travail parasubordonné, qui provient d’Italie. Après avoir analysé l’évolution, les problèmes et les avantages comparatifs de la notion de travail parasubordonné, on s’appuie sur une enquête de terrain portant sur les ingénieurs grecs, afin de montrer que le phénomène du travail parasubordonné est très répandu chez les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Enfin, concernant le point de vue des politiques publiques, on argumente que l’ampleur du phénomène ainsi que les rapports de force entre le travailleur parasubordonné et son donneur d’ordre rendent inefficace toute mesure législative, qui cherche à requalifier le travail parasubordonné comme un travail salarié à part entière.

Liagouras.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.113-145.

Page d’accueil / Home Page

Exploitation d’une ressource naturelle et politique de valorisation par des signes de qualité: la pêcherie du bar de ligne de Bretagne

La gestion durable de l’exploitation anthropique des ressources naturelles renouvelables, telles les ressources halieutiques, fait l’objet de nombreuses recherches qui allient des préoccupations biologiques, économiques ou sociales. L’objet de cet article n’est pas d’étudier l’efficience des différentes politiques visant à mettre en œuvre des systèmes d’exploitation durable. Par contre, les auteurs s’attachent à analyser l’impact qu’une démarche de valorisation par des signes de qualité peut avoir tout d’abord sur le revenu de l’exploitant, mais aussi sur le niveau de la ressource du fait d’une évolution de l’effort de pêche et de la stratégie d’exploitation du producteur, principalement au travers de la réalisation d’un nouvel arbitrage Travail-Loisir. Un modèle Hicksien simple de consommation sous-tend l’analyse. Il s’agit donc de donner une interprétation économique du comportement d’exploitation des pêcheurs en caractérisant l’effet de l’adoption d’une marque collective à la fois en termes monétaire, de temps de travail et de préservation de la ressource.

Charles.E, Boude.J-P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.89-112.

Page d’accueil / Home Page

Rémunération à l’ancienneté et individualisation des salaires: actualité de la théorie du paiement différé

Dans le cadre d’une démarche associée à l’émergence de l’Economie des Ressources Humaines le modèle paiement différé est confronté à l’évolution des modes de rémunération en France. A partir des hypothèses des modèles à paiement différé nous montrons, notamment, que la remise en cause des augmentations systématiques à l’ancienneté en France peut être imputée, en partie au moins, à l’évolution démographique et à la relative inefficacité de ce mode de rémunération pour inciter les salariés à l’effort. Par ailleurs, il s’avère que le principe du paiement différé est davantage en adéquation avec l’actuelle individualisation des salaires qu’avec la rémunération systématique à l’ancienneté alors que cette dernière hypothèse avait été largement retenue jusqu’alors.

Lemistre.P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.67-88.

Page d’accueil / Home Page

Coopération, qualification professionnelle et régimes de responsabilité-innovation institutionnelle et crise professionnelle en agriculture

La profession agricole, comme d’autres professions, paraît aujourd’hui remise en cause par une crise de confiance (les peurs alimentaires, les revendications environnementalistes…). En s’appuyant sur ce cas, cet article propose un cadre d’analyse général des professions. Le point de départ est une analyse des modes de coordination qui, à côté du marché et de l’Etat, introduit un troisième mode de gouvernance attribué aux collectifs. En combinant des approches en termes de convention et en termes de compétences, un modèle général des conventions professionnelles est dégagé. Des conventions de coopération permettent la construction de savoirs collectifs et la régulation des collectifs, tandis que des conventions de qualification définissent les statuts et le champ professionnels. La qualification professionnelle renvoie, d’une part, à un ensemble de compétences fondamentales et, d’autre part, à un régime de responsabilité (éthique professionnelle et réglementation des activités professionnelles). La crise professionnelle peut alors être vue comme la conséquence de changements dans les formes de qualification et le régime de responsabilité.

Allaire.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.27-65.

Page d’accueil / Home Page

Cambridge E.U. contre Cambridge G.B. Deux approches segmentationnistes face au tournant des années 1980

Cet article constitue une analyse critique de la façon dont les théories segmentationnistes ont pris en compte les transformations de la structure du marché du travail sur la période 1970-2000. Traditionnellement très présentes sur ces questions nous nous intéressons aux théories d’inspiration institutionnaliste. Deux branches sont distinguées, l’une ayant pour foyer Cambridge, G.B., l’autre Cambridge E.U. Leur éloignement géographique sous-tend une divergence d’interprétation particulièrement intéressante. Ce travail nous conduira a étudier le rapport entre la définition d’un cadre d’analyse théorique et l’interprétation des faits.

Petit.H,  Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.1-26.

Page d’accueil / Home Page

Les nouvelles formes d’intensification du travail industriel : logiques technologiques, organisationnelles et économiques

Cet article porte sur l’intensification du travail dans les activités industrielles. Il en montre l’ampleur au cours des vingt dernières années et analyse les nouvelles formes qu’elle prend avec les mutations technologiques et organisationnelles. Il examine la relation entre intensification du travail et évolution de l’emploi et le rôle joué par les structures d’âge de la main-d’œuvre. Il étudie la contribution de l’intensification du travail à l’accroissement de la productivité du travail et montre les liens qui s’établissent entre formes d’intensification du travail et logiques de rentabilité.

 Valeyre.A, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1993-2027.

Page d’accueil / Home Page

Comprendre que l’opérateur est variable: âge, horaire et activité de travail dans une tâche de contrôle qualité

Cet article traite de l’expression de la variabilité des individus dans l’activité de travail, sous le double angle des variations circadiennes (l’état dans lequel l’opérateur se trouve à divers moments du jour et de la nuit) et des évolutions au fil de l’âge, ces dernières devant s’analyser en lien avec l’apparition éventuelle de déficiences de certaines capacités, et avec la construction de l’expérience. Les connaissances scientifiques sur ce sujet, en physiologie et psychologie du travail, sont synthétisées ici, à l’appui d’une étude de cas, réalisée sur un poste de contrôle qualité dans la sidérurgie.

Pueyo.V, Volkoff.S, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1961-1991.

Page d’accueil / Home Page

 

La libéralisation des services funéraires : des régulations qui se cherchent

Le secteur des pompes funèbres offre un cas exemplaire de création d’un service public concurrentiel dans un secteur lourd du poids des enjeux civiques et sociaux. Cet article explore la dynamique de transformation des modalités de régulation du secteur, notamment à travers le jeu des régulations croisées entre Etat, professionnels et marché. Il questionne l’enjeu central que constitue la substitution d’une régulation de type « professionnelle » à l’ancienne régulation tutélaire, tant sur la gestion du marché des produits/services que sur celle du marché du travail.

Boissin.O, Trompette.P, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1933-1960.

Page d’accueil / Home Page

La construction pluridimensionnelle des rapports de travail et d’emploi. Une approche qualitative dans les entreprises privées de gestion des déchets

Cet article porte sur la pluralité et l’interdépendance des déterminants de la construction des rapports de travail et d’emploi dans la branche de la gestion des déchets ménagers. Les politiques publiques, les évolutions réglementaires et technologiques, les stratégies concurrentielles et la situation du marché du travail participent à la structuration des pratiques des entreprises autour de contraintes et d’objectifs communs mais autorisent aussi des marges de manœuvre et des points de divergence dans leur mise en œuvre. L’analyse s’appuie sur des enquêtes qualitatives menées dans la branche.

Thèvenot.N, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1903-1931.

Page d’accueil / Home Page

Organisations complexes et incitations: l’efficacité de la négociation collective

L’analyse économique a beaucoup étudié la complexité du travail dans la perspective des théories de la valeur et de l’exploitation. Depuis une quinzaine d’années, l’attention se déplace. Les organisations complexes se diffusent dans l’industrie et dans les services et les problèmes économiques qui en découlent sont nombreux. Trois d’entre eux sont abordés ici : l’organisation de la production et la question des qualifications, la définition des salaires et la prise en compte  des résultats des salariés, la production des règles et les arguments en faveur d’un développement de la  négociation collective dans les organisations complexes.

Lamotte.B, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1845-1875.

Page d’accueil / Home Page

Du métier individuel au métier d’entreprise

Les politiques et outils de GRH ont un rôle structurant sur les activités de R&D, en influençant fortement les trajectoires des chercheurs dans les organisations. A partir du cas de Comtel, une entreprise du secteur des télécommunications, nous montrons comment cette structuration passe par des politiques et outils RH si ces dernières ne restent pas à l’état d’« inventions dogmatiques ». Face à ce risque, nous analysons le rôle d’acteurs ou d’objets qui, localement, en permettent une appropriation.

Combes.M-C, Lozier.F, Socio-Économie du Travail n°25 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), avril 2005, p.803-825.

Page d’accueil / Home Page