Archives par mot-clé : economie de l’emploi

Pour une analyse économique positive de la discrimination

En partant de l’analyse d’Arrow, cet article vise à étudier les apports, mais aussi les insuffisances, de la théorie économique de la discrimination, qu’elle prenne appui sur un goût ou sur une croyance. Des prolongements théoriques, capables d’expliquer pourquoi la discrimination peut être un phénomène durable, seront alors proposés. Ces développements déboucheront sur des recommandations de politique économique justifiant le recours à l’action positive.

Ghirardello.A, Socio-Économie du Travail n°24 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), novembre 2004, p.1877-1902.

Page d’accueil / Home Page

Europe sociale et Europe de l’emploi: l’apport de Douglas North à l’explication des trajectoires nationales

Les évolutions des politiques sociales et des politiques de l’emploi en Europe posent des enjeux complexes d’analyse : en effet, les systèmes de protection sociale et de politique de l’emploi se caractérisent par la persistance de trajectoires différenciées suivant les pays (propriété dite de dépendance du sentier) ; cependant, il faut également pouvoir rendre compte de changements innovants qui s’écartent du sentier initial. Cet article propose l’application d’une grille de lecture néo-institutionnaliste à l’analyse de la dynamique des politiques sociales et des politiques de l’emploi en Europe. A partir des travaux de North (1990), l’article se concentre sur la notion de path dependence, envisageant ses fondements théoriques et ses apports. Il ouvre ensuite sur les questions  plus générales de conceptualisation du changement institutionnel. Du point de vue empirique, ceci permet de mettre en perspective les réformes nationales des années 90, ainsi que le processus de coordination des politiques de l’emploi issu du sommet du Luxembourg (méthode ouverte de coordination).

Erhel.C, Palier.B, Socio-Économie du Travail n°26 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), août 2005, p.1531-1556.

Page d’accueil / Home Page

Conventions de qualité du travail et chômage

L’objectif de ce texte est de mettre en valeur un aspect des processus de chômage souvent négligé : le rôle de l’évaluation du travail, en lien avec l’évaluation des biens. L’attention est focalisée sur le chômage structurel, qui se manifeste par des inégalités durables dans l’accès à l’emploi et le chômage de longue durée. Nous recherchons ses causes dans les classements opérés sur les différentes qualités de travail, fondés sur les conventions de qualité. Les politiques préconisées portent sur la reconstruction de conventions légitimes, en particulier pour ce qui concerne l’évaluation du travail, dans les entreprises comme sur le marché.

Eymard-Duvernay.F, Socio-Économie du Travail n°26 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), août 2005, p.1381-1409.

Page d’accueil / Home Page

Choisir l’intérim : sous quelles conditions ?

Le travail temporaire est apparu en France dans les années 1950 et s’est développé ensuite de façon exponentielle. Les intérimaires cumulent instabilité de l’emploi, du travail et de la relation à l’employeur. Pourtant, 20 % de la population intérimaire souhaite momentanément rester dans l’intérim. Pourquoi cette minorité choisirait-elle la précarité ? L’analyse des conditions de travail et d’emploi des intérimaires professionnels met en évidence une gestion différenciée de la main d’œuvre intérimaire. Deux types coexistent : l’intérim de masse et l’intérim individualisé. Les intérêts des entreprises et des intérimaires professionnels conditionnent une relation particulière d’emploi, co-construite entre l’agence et l’intérimaire, qui permet d’expliquer ce choix de l’intérim.

Kornig.C, Socio-Économie du Travail n°29 (Économies et Sociétés, tome XLI), décembre 2007, p.1959-1977.

Page d’accueil / Home Page