Archives de catégorie : Derniers billets

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.

Social Regulations of Time in France and in Sweden

This article takes for starting point the results of an empirical research devoted to the comparative analysis of the relationships between working time and way of life in France and Sweden. Two results are important to take into account:  the greatest mobilization of the French trade unionism in the negotiation and the strongest valorisation of the family, in Sweden, in order to benefit from non working time. In this contribution, we argue that the cultural theory is not relevant in order to explain these two facts. According to our point of view, an institutional approach is more likely interesting to use. We also explain the results our empirical research by the paradoxical alliance of institutional structures (types of industrial relations, place of the  family within the society) and of social changes (evolution of the  public action, emergence of a so-called  “post-modern” family).

Lallement.M, Socio-Économie du Travail n°22 (Économies et Sociétés, tome XXXVI), août 2002, p.1349-1367.    

Page d’accueil / Home Page

Régulation des temps sociaux en France et en Suède

Cet article prend pour point de départ des constats opérés à l’occasion d’une recherche empirique consacrée à l’analyse comparative des relations entre temps de travail et mode de vie en France et en Suède. Deux résultats sont notables : la plus grande mobilisation du syndicalisme français dans les négociation et la plus forte valorisation de la famille, en Suède, afin de profiter du temps libre. La présente contribution soutient que, pour rendre raison de des deux constats, c’est bien moins le recours à un schéma culturaliste nécessairement atemporel qu’il est pertinent de mobiliser qu’une explication par l’alliance paradoxale de pesanteurs institutionnelles (structuration des relations professionnelles, valorisation de la famille) et de changements sociaux d’ordre structurel (évolution de l’action publique, montée d’une famille « post-moderne »).

Lallement.M, Socio-Économie du Travail n°22 (Économies et Sociétés, tome XXXVI), août 2002, p.1349-1367.    

Page d’accueil / Home Page

Societal Analysis’ Still Useful Today in a Globalised World? A Revised Approach after Twenty Five Years of Development, Criticism, and Discussions

After twenty-five years of practice and development of “Societal Analysis”, it is interesting to revisit it, not as an ancient monument but as a time situated approach, and today facing  new issues. What are the consequences of the “economic globalisation” but also of the renewal of interest in the “local” level, for an approach originally based on the Nation-State ? Do we have to think again about the “societal” as a borderless space where new productive systems are structuring themselves and new kind of actors are emerging through many intermediations ? Doing so the Societal Analysis could contribute, along with other approaches to the renewal of the social sciences and the recombining of their paradigms.

Lanciano-Morandat.C, Nohara.H, Socio-Économie du Travail n°22 (Économies et Sociétés, tome XXXVI), août 2002, p.1315-1347.        

 

Page d’accueil / Home Page

Analyse sociétale des marchés du travail des scientifiques: premières réflexions sur la forme professionnelle d’hybridation entre la science et l’industrie

Ce texte tente de traiter, à partir de la problématique du marché du travail des scientifiques, deux questions : la nature d’hybridation de la science et de la technologie et ses formes institutionnelles ; la « déconstruction/reconstruction » de pratiques professionnelles et de trajectoires de mobilité des scientifiques. Notre analyse sur la formation et l’insertion professionnelle des jeunes chercheurs dans une perspective de comparaison internationale montre à la fois les tensions « générales » qui naissent de cette hybridation de l’académie et de l’industrie et surtout la façon dont les différents espaces sociétaux orientent l’émergence des nouveaux dispositifs, pour faire face à l’incertitude de la production cognitive et de la formation  des compétences professionnelles.

Lanciano-Morandat.C, Nohara.H, Socio-Économie du Travail n°22 (Économies et Sociétés, tome XXXVI), août 2002, p.1315-1347.        

Page d’accueil / Home Page