Archives de catégorie : Derniers billets

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.

Parution du numéro 35

Le numéro 35 est paru

Économies et Sociétés,  vol. 47 – 5/2013

Sommaire

– BARREAU J., NGAHA A.,L’application d’accords-cadres internationaux (ACD): enjeux et déterminants, Socio-Économie du Travail n°35 (Économies et Sociétés, tome XLVII), mai 2013, p.631-660.

 

 – RIBAULT T., Le modèle japonais de l’emploi à vie devient-il obsolète ? Socio-Économie du Travail n°35 (Économies et Sociétés, tome XLVII), mai 2013, p.661-690.

 

 – WAPOH H., Modes d’accès à l’emploi des diplômés en Côte d’Ivoire, Socio-Économie du Travail n°35 (Économies et Sociétés, tome XLVII), mai 2013, p.691-723.

 

 THOEMMES J., ESCARBOUTEL M., RYAD K., De la sérénité à la résistance: trois mondes de cadres, Socio-Économie du Travail n°35 (Économies et Sociétés, tome XLVII), mai 2013, p.725-757.

 

 – SIMHA J., La confrontation de deux instruments d’action publique: territorialiser la formation professionnelle, Socio-Économie du Travail n°35 (Économies et Sociétés, tome XLVII), mai 2013, p.759-785.

 

Comptes rendus de lecture

– R.SANDRETTO, Globalizing Employment Relations. Multinational Firms and Central and Eastern Europe Transitions, Sylvie Contrepois, Violaine Delteil, Patrick Dieuaide et Steve Jefferys (ed.), Palgrave/Macmillan, 2010. p. 789-792.

– N.AUBOUIN, La Fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Marie Buscatto, Ocrtarès Éditions, 2010.  p. 793-797.

– G.RIEUCAU, Épreuves d’évaluation et chômage, Eymard-Duvernay, F.(dir.), Octarès Éditions, Collection “Le travail en débats”, 2012. p. 799-804.

Socio Économie du Travail, la série AB de la revue Économies et Sociétés

Socio Économie du Travail constitue la série AB de la revue Économies et Sociétés (cahiers de l’ISMEA), fondée en 1944 par François Perroux.

Créée par Henri Bartoli, Socio Économie du Travail (à l’origine Économie du Travail) est aujourd’hui dirigée par François Michon, directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’Economie de la Sorbonne). Elle publie un ou deux cahiers par an, Économies et Sociétés 12 numéros par an, d’environ 200 pages chacun.  Elle est classée à la fois dans la liste de revue AERES Economie-Gestion et dans la liste CNRS de la section 37.

Sur ce carnet d’Hypothèses, Socio Économie du Travail informe de son activité. On y trouvera les sommaires et les résumés des articles publiés. Les introductions de numéros ou de dossiers, quelques pages d’articles sélectionnés y seront également accessibles en ligne. Les auteurs s’informeront sur les instructions nécessaires à la soumission de manuscrits, les appels à contribution de la série. Les pages de Socio Économie du Travail donneront étalement accès à toutes informations pertinentes sur l’actualité de le recherche en Socio Economie du Travail (colloques, parutions, liens utiles …).

Socio Économie du Travail se propose de contribuer aux renouvellements conceptuels et aux débats d’idées qui animent les sciences économiques et sociales du Travail et de l’Emploi.
La revue se veut lieu de débat entre les divers courants qui constituent l’approche économique des phénomènes du Travail. Elle développe un positionnement d’économie appliquée : une ouverture aux débats théoriques et aux travaux empiriques, un dialogue indispensable entre les uns et les autres.
Elle approfondit également sa tradition d’ouverture aux autres sciences du travail, considérant que le débat disciplinaire interne s’enrichit par le regard interdisciplinaire.

Un regard transverse aux diverses disciplines académiques, le franchissement résolu des limites d’une approche trop enfermée dans les paradigmes qu’admettent aujourd’hui encore les courants dominants de la science économique, s’imposent dans le champ scientifique du Travail et de l’Emploi.

Page d’accueil

Numéro AB/34 (Économies et Sociétés 6/2012)

Sommaire et résumés 

Bailly.F, Devetter.F.X, Horn.F, Est-il possible d’améliorer les conditions de travail et d’emploi dans le secteur des services ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1101-1128.

Résumé : La réaction des entreprises russes à la récession systémique des années 1990, drastique et durable, est essentiellement passée par une adaptation intra-organisationnelle qui cherchait à éviter les licenciements à grande échelle. Cette réaction tient à une volonté de conserver des compétences qui sont indispensables pour faire face à la crise de la production et à l’obsolescence du capital physique. Dans cet exemple russe, l’application de la grille conceptuelle de Boltanski-Thévenot permet de préciser le système de représentations sociales qui appuyait ces ajustements internes.

Bruyère.M, Laurence Lizé.L, Contrat de travail et sécurité des parcours sur le marché du travail, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1129-1158.

Résumé : Cet article propose de questionner le rôle du contrat de travail dans la sécurité des parcours sur le marché du travail. De nombreuses analyses supposent que le contrat de travail modifie le fonctionnement efficace du marché du travail. Il joue alors un rôle primordial dans la sécurité des trajectoires et dans le dualisme du marché du travail. Un CDI jugé trop stable a donc pour conséquence de reporter la précarité sur les contrats temporaires. En observant les parcours sur le marché du travail selon des critères plus larges que le seul passage par le chômage, nous montrons que le contrat de travail ne joue pas un rôle premier dans la sécurité des parcours. En effet, nous observons qu’une partie non négligeables de salariés en CDI connaissent des trajectoires fragiles et de salariés en CDD sont sur des trajectoires sécurisées. Enfin, nous mettons en évidence l’existence d’autres sources d’explications de la sécurité des parcours telles que les logiques sectorielles.

Koumakhov.R, L’entreprise russe face à la crise systémique : compromis organisationnels et principes de justification, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1159-1182.

Résumé : Les services à la personne sont au cœur de la politique de l’emploi, en France, depuis plus de vingt ans et tout particulièrement depuis 2005. La volonté d’exploiter un gisement d’emploi a cependant fait privilégier les aspects quantitatifs sur la question de la qualité des emplois. Celle-ci demeure très médiocre en dépit des efforts affichés par de nombreux acteurs. L’article analyse le décalage entre ces discours et la réalité. Si certains mécanismes sont identiques dans l’ensemble des services à la personne, d’autres diffèrent selon les activités : ainsi les activités relevant du care sont prises dans un « cercle vicieux » alors que celles liées au clean sont piégées dans une « trappe à précarités ». L’analyse en termes de ‘mondes de production’ permet de souligner que les perspectives sont également différentes.

Chassagnon.V, Pouvoir et coopération dans la firme et entre les firmes, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1183-1210.

Résumé : Le débat sur les modalités de mise en œuvre d’une «flexicurité» se structure autour de l’opposition entre deux principales options. L’une conduit, selon notre interprétation, à vouloir mettre en œuvre un capitalisme idéal d’individus rendus autonomes par la possession de dotations suffisantes en différents capitaux. L’autre renvoie au contraire à une vision dont nous pensons qu’elle pourrait être avantageusement rapprochée de la vision qui était celle de Commons du capitalisme raisonnable.

Morel.S, Sécurisation des trajectoires professionnelles, institutionnalisme commonsien et marchés transitionnels, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1211-1240.

Résumé : Dans cet article, notre objectif est triple. Tout d’abord, nous proposons un cadre théorique renouvelé de l’analyse des relations de pouvoir en nous appuyant sur certains travaux de la théorie des organisations (notamment l’approche fondée sur la dépendance des ressources) afin d’aider à combler le vide conceptuel laissé par les théoriciens de la firme. Puis, nous défendons la thèse que le pouvoir représente la clé méthodologique qui manque à l’économiste pour analyser l’émergence de la coopération intra-firme et de l’identité sociale collective dans la relation d’emploi. Enfin, nous nous intéressons aux fondements de la coopération inter-firmes (relation de sous-traitance) dans l’intention de mettre en exergue le rôle cohésif du pouvoir dans la firme-réseau et de comparer le régime de gouvernement interne et le régime de gouvernement externe des relations de pouvoir.

Lavialle.C, Les projets de « flexi-sécurité » : capitalisme « idéal » vs « capitalisme raisonnable » ?, Socio-Économie du Travail n°34 (Économies et Sociétés, tome XLVI), juin 2012, p.1241-1268.

Résumé : La sécurisation des trajectoires professionnelles, telle que conçue par l’approche des marchés transitionnels, est peu théorisée, faute d’être intégrée à un cadre conceptuel élaboré qui lui donne une véritable consistance théorique. L’institutionnalisme commonsien peut pallier ce problème. Cet article présente une théorisation commonsienne de la sécurisation des trajectoires professionnelles inspirée d’une analyse transactionnelle de la relation salariale.

Page d’accueil

Extraits de l’article de Jacques Freyssinet publié dans le numéro AB/33

 Typologies (p. 1230-1231)

Notre hypothèse est que les modes de production des normes de la relation d’emploi sont principalement déterminés par les caractéristiques institutionnelles des systèmes de relations professionnelles. L’accent a souvent été mis sur l’opposition entre modèle pluraliste et modèle néo-corporatiste.

–       Dans le premier cas, les différents intérêts sont représentés par des groupes nombreux, décentralisés, non hiérarchisés qui alternent conflits et compromis. Les niveaux et les modalités de production de normes sont multiples et faiblement coordonnés.

–       Dans le second cas, un petit nombre d’organisations centralisées disposent d’un monopole reconnu de représentation des principaux groupes économiques et sociaux et sont associées à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques. La production des normes s’opère par compromis ou consensus ; la hiérarchie des normes garantit leur cohérence.

Des illustrations proches du second modèle sont fournies en Europe occidentale par les pays scandinaves et germaniques. Au sein du premier modèle, des travaux comparatifs ultérieurs ont amené à distinguer, au moins jusqu’aux dernières décennies, entre les pays où le pluralisme fonctionne avec des règles du jeu acceptées par les différents acteurs, par exemple, les pays anglo-saxons, et ceux, essentiellement en Europe du Sud, où une stratégie de lutte de classes est restée longtemps dominante dans le mouvement syndical. Dans ce dernier cas, le conflit porte aussi sur le mode de production des normes.

Les débats ont été relancés par l’expérience des « pactes sociaux » depuis la décennie 1990 (Fajertag, Pochet, 2000 ; Natali, Pochet, 2009). Le degré et la durée de l’engagement des différents pays européens dans cette nouvelle modalité de production de normes ne correspondaient qu’imparfaitement aux typologies traditionnelles. Le même constat s’impose à propos de la crise économique actuelle. Empiriquement, il est possible de distinguer trois grands types de situations :

–     certains pays, qui disposaient d’institutions tripartites et/ou paritaires stables, les ont mobilisées pour chercher un accord sur des décisions conjointes ou coordonnées ;

–     d’autres pays, qui ne connaissaient pas de telles institutions, ont expérimenté des procédures visant à articuler la politique publique et la négociation interprofessionnelle ;

–     dans un troisième groupe, on trouve des pays où les rapports entre État, patronat et syndicats s’établissent de manière pragmatique et discontinue, souvent informelle, en fonction des dossiers et des circonstances.

En partant de ce constat, de nouvelles interrogations émergent sur les facteurs de différenciation des trajectoires nationales…

……………………….

Quelques enseignements (p. 1258-1260)
  • Il n’existe pas de correspondance entre les typologies classiques des systèmes de relations professionnelles des pays d’Europe occidentale et les résultats tirés de l’observation empirique de leurs réactions face à la crise économique. Ces derniers résultats ne portent que sur le mode de traitement d’un problème précis : l’adaptation, dans un contexte historique exceptionnel, des normes de la relation d’emploi. Ils n’invalident pas les typologies évoquées initialement, mais ils montrent les limites de leur validité prédictive.
  • Les trois configurations typiques retenues pour illustrer la nature des rapports entre la production des normes publiques et des normes négociées offrent, chacune, des exemples (provisoires) de réussite ou d’échec relatif quant à la capacité de coopération entre les acteurs. Certes, les pays étudiés ont été choisis pour illustrer les contrastes, mais l’introduction d’autres pays dans l’échantillon ne ferait qu’accroître la diversité[1]. On ne peut dégager aucun one best way qui désignerait le modèle de production des normes le plus efficace pour répondre aux chocs engendrés par la crise économique sur la relation d’emploi.
  • Il est de même impossible de se satisfaire d’une hypothèse de dépendance de sentier. La rupture (provisoire ou durable ?) de la tradition, emblématique de l’Irlande, de plus de vingt années de pacte social en est une illustration spectaculaire. Il en est de même, à un moindre degré, du retour au premier plan de la norme publique en Allemagne (Kurzarbeit et salaire minimum) ou du développement proliférant d’un tripartisme normatif masqué en France. Les comportements d’acteurs sont guidés, mais ne sont pas prédéterminés par les institutions. Dans le réseau de contraintes auxquelles ils sont soumis, les acteurs conservent des capacités d’inflexions stratégiques.
  • L’existence d’accords tripartites ne préjuge en rien de la qualité de leur contenu. Comme l’a bien montré le débat sur les pactes sociaux dans la décennie 1990, ces accords peuvent représenter un échange de contreparties apparemment équilibré. Ils peuvent aussi traduire les concessions que doivent accepter des organisations syndicales dominées pour rester des acteurs reconnus de la régulation sociale. Le même constat se dégage à l’occasion de la crise économique récente avec une pondération qui varie selon les pays et selon les sous-périodes.
  • Dans les différences entre pays et périodes, la variable politique ne peut être négligée, mais n’exerce pas une influence mécanique. Les dynamiques sont fort comparables en Espagne et en France avec des gouvernements de gauche et de droite. En Allemagne, le récent changement de composition de la majorité n’a pas engendré, à ce jour, les inflexions qui étaient attendues, tandis qu’au Royaume-Uni, les conservateurs et le New Labour partagent le même rejet d’une régulation sociale centralisée, qu’elle soit tripartite ou paritaire. Enfin, en Irlande comme aux Pays-Bas, les combinaisons gouvernementales successives ont, pour le moins jusqu’en 2010, affirmé leur attachement aux compromis tripartites.
  • Sans faire preuve d’un économisme sommaire, on ne peut ignorer que les deux modèles les plus profondément mis en cause (Espagne et Irlande) sont ceux des pays les plus brutalement touchés en Europe occidentale par la crise économique. Peut-être n’annoncent-ils qu’une tendance qui deviendra plus générale. Dans une première phase, la mise en œuvre de plans de relance et la volonté d’amortir les coûts sociaux ont créé dans presque tous les pays les conditions de compromis assez largement acceptés. Le retour en force des impératifs de compétitivité internationale, de réduction des déficits budgétaires, voire de crédibilité monétaire a déplacé, avec une force inégale selon les pays, les priorités et le rapport des forces. La crise peut alors devenir une fenêtre d’opportunité pour imposer aux syndicats, en matière de coût du travail et de flexibilité de la relation salariale, des réformes qui figuraient de longue date sur les agendas du patronat et de certains gouvernements….

[1] Ce que nous avons essayé de le montrer dans Freyssinet, 2010b. On pourra s’étonner de ne voir aucun représentant du modèle nordique parmi les cas étudiés ici. Ceci résulte de l’impossibilité de dégager soit un caractère qui leur soit commun, soit une expérience novatrice dans leurs réactions face à la crise. La Norvège a préservé ses modes de régulation tripartites. La Suède et la Finlande ont vu se confirmer la rupture, intervenue antérieurement, des formes de régulation paritaire interprofessionnelle. Le Danemark a maintenu sa logique spécifique dans laquelle un accord multisectoriel couvrant l’industrie sert de référence pour l’ensemble du secteur privé.

Page d’accueil

Numéro AB/33 (Économies et Sociétés 8/2011) – Crisis and Social Models

Special issue – Crisis and Social Models

Contents and Abstracts

FREYSSINET J., Responses of the systems of industrial relations to the economic crisis: The example of six western European economies,  p. 1227.

The economic crisis offers an experience to compare responses of systems of industrial relations in Western Europe according to national specificities of the modes of production of the rules of the employment relationship. Three typical situations are distinguished. They enable to invalidate the hypothesis of a strict path dependency and prove the absence of a one best way response to the crisis. The persistence of the crisis creates an opportunity to implement changes in the rules of the employment relationship which were included for a long time in the social agenda. 

LEFRESNE F., SAUVIAT C., Social models in the USA and in four European countries facing the crisis, p. 1265.

A comparison of the impact of the crisis on the trajectories of social models in the United States and in four European countries –Denmark, Germany, France, Spain– leads us to a twofold diagnosis. First, significant changes, even breaking points, occurred within each national trajectory, under the pressure of norms of flexibility and the containment of public expenditure. A high degree of heterogeneity persists because of the way these norms are implementing and are supported by specific social compromises. Furthermore, the crisis revealed the absence of a “European social model”, clearly differing itself from the US social model.  

BELKACEM R., KORNIG C., The social construction of temporary work: from its emergence in the USA to its institutionalization in France, p. 1301.

The aim of this paper is the study of the historical development of temporary work. Temporary workers agencies (TWA) appear first at the beginning of the last century in the United States and in the United Kingdom. From the years 1940 on, their fast development carried by large companies of temporary work would be based first of all on the secretarial work needs. Introduced in France during the 1950s, its institutionalization (economic, social, and political recognition as a useful activity for the community) has been progressive. 

FRANÇON B., GUERGOAT-LARIVIÈRE M., Poverty policies in the economic crisis: changes and continuity, p. 1329.

This paper proposes an analysis of poverty development in Europe during the recent economic crisis considering policies that have been implemented to fight it. We focus on five countries namely France, Germany, Spain, Sweden and the UK, each of them standing for a social protection model. The rising unemployment that comes along with the economic downturn increases the risk of poverty and challenges European models’ capacity to contain that risk. The joint analysis of pre-crisis situation and of measures implemented in immediate response to the crisis shows that social protection systems that were already at work before the crisis and their relative levels of generosity remain essential in the fight against poverty. Besides, the recent implementation of employment policies centred on “activation” – in spite of that they do not rely on the same principles in all countries – may have had perverse effects on poverty in the context of economic crisis because of their cost-containment goal.

ERHEL C., Labour market policy in Europe: what reactions facing the economic crisis ?, p. 1359.

Before the crisis, labour market policies have undergone several years of reforms, focused on activation, work incentives, and flexicurity. Most European countries share the same trends, partly supported by the European Employment Strategy since 1997, even though important differences between national models remain. The economic downturn in 2007 has led to a very spectacular rise in unemployment in some countries, especially concentrated among low educated and young men. Facing this new context, the reactions of labour market policies seem ambiguous. On the one hand, institutional reforms and in work incentives still follow previous reform trends, especially the activation framework. On the other hand, a large number of countries also develop internal flexibility devices (including partial unemployment), and reinforce unemployment insurance or minimum income policies. These types of policies may have contributed to temper the direct impact of the crisis on labour market trends (especially in continental countries). They also lead to the reintroduction of some old debates (on working time sharing, on the minimum wage), especially in the new member states. Nevertheless, it seems that the turn towards restrictive budgetary policy in the first half of 2010 is compromising these trends, and even endangering last decade’s virtuous models, especially the Danish model.

Book Review

P. DURAN , Les nouvelles dimensions du politique, Relations professionnelles et régulations sociales, L. Duclos, G. Groux et O. Mériaux (dir.), coll. « Droit et Société,Recherches et Travaux, 19 », Paris, L.G.D.J, p. 1389.

Y. CHASSARD, L’emploi en ruptures, B. Gomel, D. Méda et E. Serverin (dir.), coédition de Dalloz, Presses universitaires de Paris Ouest et CEE, p. 1397.

B. REYNÈS, L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, C. Didry et A. Jobert (dir.), coll. « Économie et Société », Presses universitaires de Rennes, p. 1403.

O. JOIN-LAMBERT, Négocier l’emploi. 50 ans de négociations interprofessionnelles sur l’emploi et la formation, J. Freyssinet, Paris, Éditions Liaisons, p. 1411.

R. BELKACEM, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, S. Chauvin, Le Seuil, p. 1415.

 Home Page

Numéro AB/33 (Économies et Sociétés 8/2011) – Crise et Modèles sociaux

Économies et Sociétés, vol. 45 – 8/2011

Numéro spécial Crise et Modèles sociaux

Sommaire et résumés des articles

Freyssinet.J, In memoriam, Gérard Destanne de Bernis (1928-2011), Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011.

Les rapports de Gérard de Bernis avec l’économie du travail apparaissent paradoxaux. Les transformations du travail et les luttes des travailleuses et des travailleurs ont été au centre de sa réflexion et de ses engagements. Cependant, lorsqu’on mesure l’importance de ses apports dans de multiples autres domaines (économie du développement, économie industrielle, économie de l’énergie, économie de la santé, relations économiques internationales…), il est surprenant de constater la rareté de ses contributions à l’économie du travail.

Une hypothèse possible est que Gérard de Bernis considérait le travail et les travailleurs comme des catégories d’analyse et d’action trop fondamentales pour être abordées dans le cadre de l’économie du travail, telle qu’elle est usuellement délimitée comme champ spécialisé de l’analyse économique.

Ses interventions, scientifiques et militantes, sur ce terrain prennent rétrospectivement une double dimension. […]

Freyssinet.J, L’impact de la crise économique sur les modes de production des normes de la relation d’emploi : l’exemple de six pays d’Europe occidentale,” Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1227-1264.

La crise économique offre une expérience pour comparer les réactions des systèmes de relations professionnelles en Europe occidentale en fonction des spécificités nationales des modes de production des normes de la relation d’emploi. Trois situations typiques sont distinguées. Elles permettent d’invalider l’hypothèse d’une stricte dépendance de sentier et de démontrer l’absence d’une one best way de réaction à la crise. La persistance de la crise crée une fenêtre d’opportunité pour mettre en œuvre des modifications des normes de la relation d’emploi qui figuraient de longue date à l’agenda social.

Lefresne.F et SAUVIAT.C, “Les modèles sociaux européens et américain confrontés à la crise”, Socio-Économie du Travail n° 33 (Économies et Sociétés, tome XLV/8), août 2011, p. 1265-1300.

L’analyse des trajectoires de modèles sociaux aux États-Unis et dans quatre pays européens (Danemark, Allemagne, France, Espagne) face à la crise conduit à un double diagnostic : inflexions, voire éléments de rupture du modèle social d’origine, sous l’emprise croissante des normes de flexibilité et de limitation des dépenses publiques d’une part ; maintien d’une forte hétérogénéité entre les configurations nationales dans la façon dont s’appliquent ces normes et dans les compromis sociaux sur lesquels elles s’appuient, d’autre part. La crise aura en outre souligné l’absence de construction d’un « modèle social européen », susceptible de se démarquer fortement du modèle états-unien.

Belkacem.R, Kornig.C, “La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France“, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1301-1327.

Cet article s’intéresse au développement historique du travail intérimaire. Cette forme d’emploi a fait son apparition au début du siècle dernier aux États-Unis et en Grande-Bretagne. À partir des années 1940, porté par de grandes entreprises de travail temporaire nouvellement créées, son développement rapide concernera tout d’abord le domaine du secrétariat. Introduit en France au début des années 1950, son institutionnalisation, c’est-à-dire sa reconnaissance économique, sociale et politique, sera progressive.

Françon.B, Guergoat-Larivière.M, Les politiques de lutte contre la pauvreté dans la crise : ruptures et continuités, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1329-1354.

Cet article propose de mettre en perspective les dispositifs de lutte contre la pauvreté mis en œuvre en Europe en réponse à la crise économique. Cinq pays sont étudiés, représentant différents modèles de protection sociale : la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. La crise économique implique un risque de pauvreté accru et interroge la capacité des différents modèles à contenir ce risque. L’analyse des mesures prises en réponse immédiate à la crise indique que ces dernières n’ont pas profondément modifié les systèmes en place avant la crise. Par ailleurs, cet article se concentre sur la tendance des politiques de l’emploi à mettre en avant l’activation des chômeurs comme outil de lutte contre la pauvreté au cours de la décennie qui a précédé la crise. Si ces politiques relèvent de logiques différentes selon les contextes nationaux, elles ont en commun de s’être développées dans une perspective de baisse des coûts qui se révèle problématique dans l’épisode de crise.

Erhel.C, Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ?, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p.1354-p. 1359.

Les politiques de l’emploi ont abordé la crise après plusieurs années de réformes, marquées notamment par le développement des mesures d’activation, d’incitation au travail, et de recherche de compromis entre flexibilisation du marché du travail et sécurisation des trajectoires (« flexi sécurité »). Ces tendances ont été largement partagées, et en partie portées par la Stratégie européenne pour l’emploi depuis 1997, même si les différences entre modèles nationaux restent importantes. Or le retournement de la conjoncture en 2007 s’est traduit par une dégradation très rapide de la situation du marché du travail dans certains pays, avec une forte hausse du chômage, notamment concentrée sur les hommes jeunes et peu qualifiés. Face à cette situation, les tendances de réponse des politiques de l’emploi apparaissent ambiguës. Elles s’inscrivent globalement dans la continuité des réformes antérieures, et en particulier dans le cadre de l’« activation » des politiques de l’emploi, qui se poursuit au travers des réformes institutionnelles des intermédiaires sur le marché du travail, ou encore de la réflexion sur les incitations au travail. Malgré tout, les pays ont également recours, d’une part, à des outils de protection de l’emploi par l’accroissement de la flexibilité interne (notamment le chômage partiel), d’autre part, à des politiques de soutien au revenu sans contrepartie affichées à court terme. Ces ajustements ont sans doute permis de limiter la dégradation de la situation du marché du travail, notamment dans les pays continentaux et conduisent également à réintroduire des débats qui semblaient oubliés (sur le partage du travail, le salaire minimum), notamment dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne. Toutefois, le retournement récent (premier semestre 2010) des politiques économiques en faveur de plans de rigueur risque de remettre en cause ces développements, voire de mettre en danger les modèles vertueux de la dernière décennie, comme par exemple le Danemark.

Comptes rendus de lecture

Duran.P, Les nouvelles dimensions du politique, Relations professionnelles et régulations sociales, Duclos.L, Groux.G et Mériaux.O (sous la dir.), coll. « Droit et Société, Recherches et Travaux 19 », L.G.D.J., 2009. p. 1389.

Chassard.Y, L’emploi en ruptures, Gomel.B, Méda.D et Serverin.E (sous la dir.), coédité par Dalloz, Presses universitaires de Paris Ouest et CEE, 2009. p. 1397.

Reynès.B, L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, Didry.C et Jobert.A (sous la dir.), coll. « Économie et Société », Presses universitaires de Rennes, 2010. p. 1403.

Join-Lambert.O, Négocier l’emploi. 50 ans de négociations interprofessionnelles sur l’emploi et la formation, Freyssinet.J, Paris, Éditions Liaisons, 2010. p. 1411.

Belkacem.R, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Chauvin.S, Le Seuil, 2010. p. 1415.

Page d’accueil

Comparing employment systems in the hotel and catering industry in France and the United States

The aim of this paper is to understand the reasons for which the levels of employment in the hotel and catering industry are so high in the United States compared to France. Different economic factors (such as working time, consumption levels, productivity and service quality) are used to shed light on the differences in the volumes of work. But the responses given are still limited. Indeed nothing is said on the reasons why American workers accept very low wages in this particular sector, when compared to the French situation or even to the rest of the American economy. We therefore adopt a societal approach, and we show that different spaces (regulation, competition, organisation, social and family space) intervene in the explanation of the massive use of a very young labour force in the American hotel and catering industry.

Jany-Catrice.F, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.147-181.

Page d’accueil / Home Page

Une analyse socioéconomique de l’emploi dans l’hôtellerie-restauration en France et aux Etats-Unis

L’objectif de cet article est de comprendre les raisons pour lesquelles les emplois de l’hôtellerie restauration sont plus élevés aux Etats-Unis qu’en France. On mobilise dans un premier temps diverses variables économiques (durée du travail, volumes de consommation, productivité et qualité du service rendu) pour éclairer ces écarts en emplois et en volumes de travail. Mais les réponses apportées demeurent insuffisantes. En particulier, au terme de la décomposition que nous proposons, rien n’est dit sur les raisons pour lesquelles les salariés américains acceptent, dans ce secteur d’activité, des rémunérations très faibles, que ce soit en référence à la situation française ou à la situation des autres secteurs de l’économie américaine. En adoptant une démarche de type sociétale, on montre alors que différents espaces (régulation, concurrentiel, organisationnel et familial et social) interviennent pour éclairer le recours massif à une main d’œuvre très jeune dans l’hôtellerie-restauration américain.

Jany-Catrice.F, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.147-181.

Page d’accueil / Home Page

On the flexibility of atypical self-employed and the rigidity of official statistical data. The case of Greece

The general point of this article is that the usual conception of flexibility is very problematic for countries like Greece, where the main bulk of flexible employment is found outside or, in the margins, of the wage-earners. The blurring boundaries between the statuses of the wage-earners and the self-employed workers is a typical example of flexibility that is usually ignored by the official statistical data. In order to illustrate this phenomenon, the article uses the notion of « travail parasubordonné », which has its origins in Italy (lavoro parasubordinato). The whole argument is presented in three parts. The first part is devoted to the discussion of the evolution, the advantages and the problems associated with the notion of « travail parasubordonné ». In the second part evidence is presented from a field research on the employment of Greek engineers. The main outcome of the empirical research is that this atypical form of employment is increasing among young graduates. Finally, the third part discusses the question of public policy. The point here is that the power relations between the two contracting parts make redundant policies that aim to transform the atypical self-employed to wage-earners.

Liagouras.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.113-145.

Page d’accueil / Home Page

Flexibilité du travail parasubordonné et rigidité des statistiques officielles. Le cas de la Grèce

L’idée générale de cet article est que la conception habituelle de la flexibilité externe du travail, calquée sur le modèle des pays les plus avancés de l’OCDE, a peu de sens pour un pays comme la Grèce où la flexibilité se trouve essentiellement en dehors ou en marge du travail salarié (officiel). La prolifération des « zones grises » entre le travail salarié et le travail indépendant constitue un exemple typique de flexibilité extrême du travail, lequel, pourtant, passe totalement inaperçu dans les statistiques officielles. Afin d’étudier ce phénomène, on utilise le concept du travail parasubordonné, qui provient d’Italie. Après avoir analysé l’évolution, les problèmes et les avantages comparatifs de la notion de travail parasubordonné, on s’appuie sur une enquête de terrain portant sur les ingénieurs grecs, afin de montrer que le phénomène du travail parasubordonné est très répandu chez les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Enfin, concernant le point de vue des politiques publiques, on argumente que l’ampleur du phénomène ainsi que les rapports de force entre le travailleur parasubordonné et son donneur d’ordre rendent inefficace toute mesure législative, qui cherche à requalifier le travail parasubordonné comme un travail salarié à part entière.

Liagouras.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.113-145.

Page d’accueil / Home Page

The exploitation of a natural resource and quality enhancement policy : the sea bass fisher in Brittany

The sustainable management of the natural resource, such as the marine resource, has undergone much research combining biological, economic and social concerns. It is not in the purpose of this paper to study the effectiveness of the various policies which aim at implementing  sustainable exploitation schemes. But, the authors focus on analysing the impact that a quality enhancement programme using labels can have first on fishermen’s incomes, but also on resource level resulting from the changed fishing effort and producer’s fishing strategies, mainly through the development of a new labour-leisure trade-offs. A common Hicksian consumer model underlies the analysis. So, the purpose is to provide an economic interpretation fishermen’s exploitation practices  describing the impact of adopting a collective label in terms of financial benefits, working time and resource preservation.

Charles.E, Boude.J-P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.89-112.

Page d’accueil / Home Page

Exploitation d’une ressource naturelle et politique de valorisation par des signes de qualité: la pêcherie du bar de ligne de Bretagne

La gestion durable de l’exploitation anthropique des ressources naturelles renouvelables, telles les ressources halieutiques, fait l’objet de nombreuses recherches qui allient des préoccupations biologiques, économiques ou sociales. L’objet de cet article n’est pas d’étudier l’efficience des différentes politiques visant à mettre en œuvre des systèmes d’exploitation durable. Par contre, les auteurs s’attachent à analyser l’impact qu’une démarche de valorisation par des signes de qualité peut avoir tout d’abord sur le revenu de l’exploitant, mais aussi sur le niveau de la ressource du fait d’une évolution de l’effort de pêche et de la stratégie d’exploitation du producteur, principalement au travers de la réalisation d’un nouvel arbitrage Travail-Loisir. Un modèle Hicksien simple de consommation sous-tend l’analyse. Il s’agit donc de donner une interprétation économique du comportement d’exploitation des pêcheurs en caractérisant l’effet de l’adoption d’une marque collective à la fois en termes monétaire, de temps de travail et de préservation de la ressource.

Charles.E, Boude.J-P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.89-112.

Page d’accueil / Home Page

Remuneration with the seniority and merit pay in France: topicality of the theory of the differed payment

Within the framework of the emergence of personnel economics,  the differed payment model is confronted with the evolution of human ressource management in France.  From the assumptions of the differed payment model we show, in particular, that the renunciation of the systematic wage increases with seniority in France is due to the demographic trends and the inefficiency of this mode of remuneration to encourage the employees to provide a high effort level .  In addition, it proves that the principle of the differed payment is more in adequacy with the current merit pay that with systematic remuneration with the seniority whereas this last assumption is usually retained.

Lemistre.P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.67-88.

Page d’accueil / Home Page

Rémunération à l’ancienneté et individualisation des salaires: actualité de la théorie du paiement différé

Dans le cadre d’une démarche associée à l’émergence de l’Economie des Ressources Humaines le modèle paiement différé est confronté à l’évolution des modes de rémunération en France. A partir des hypothèses des modèles à paiement différé nous montrons, notamment, que la remise en cause des augmentations systématiques à l’ancienneté en France peut être imputée, en partie au moins, à l’évolution démographique et à la relative inefficacité de ce mode de rémunération pour inciter les salariés à l’effort. Par ailleurs, il s’avère que le principe du paiement différé est davantage en adéquation avec l’actuelle individualisation des salaires qu’avec la rémunération systématique à l’ancienneté alors que cette dernière hypothèse avait été largement retenue jusqu’alors.

Lemistre.P, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.67-88.

Page d’accueil / Home Page