Tous les articles par François Michon

Directeur de recherche émérite, CNRS - Centre d'Économie de la Sorbonne

Extraits de l’article de Jacques Freyssinet publié dans le numéro AB/33

 Typologies (p. 1230-1231)

Notre hypothèse est que les modes de production des normes de la relation d’emploi sont principalement déterminés par les caractéristiques institutionnelles des systèmes de relations professionnelles. L’accent a souvent été mis sur l’opposition entre modèle pluraliste et modèle néo-corporatiste.

–       Dans le premier cas, les différents intérêts sont représentés par des groupes nombreux, décentralisés, non hiérarchisés qui alternent conflits et compromis. Les niveaux et les modalités de production de normes sont multiples et faiblement coordonnés.

–       Dans le second cas, un petit nombre d’organisations centralisées disposent d’un monopole reconnu de représentation des principaux groupes économiques et sociaux et sont associées à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques. La production des normes s’opère par compromis ou consensus ; la hiérarchie des normes garantit leur cohérence.

Des illustrations proches du second modèle sont fournies en Europe occidentale par les pays scandinaves et germaniques. Au sein du premier modèle, des travaux comparatifs ultérieurs ont amené à distinguer, au moins jusqu’aux dernières décennies, entre les pays où le pluralisme fonctionne avec des règles du jeu acceptées par les différents acteurs, par exemple, les pays anglo-saxons, et ceux, essentiellement en Europe du Sud, où une stratégie de lutte de classes est restée longtemps dominante dans le mouvement syndical. Dans ce dernier cas, le conflit porte aussi sur le mode de production des normes.

Les débats ont été relancés par l’expérience des « pactes sociaux » depuis la décennie 1990 (Fajertag, Pochet, 2000 ; Natali, Pochet, 2009). Le degré et la durée de l’engagement des différents pays européens dans cette nouvelle modalité de production de normes ne correspondaient qu’imparfaitement aux typologies traditionnelles. Le même constat s’impose à propos de la crise économique actuelle. Empiriquement, il est possible de distinguer trois grands types de situations :

–     certains pays, qui disposaient d’institutions tripartites et/ou paritaires stables, les ont mobilisées pour chercher un accord sur des décisions conjointes ou coordonnées ;

–     d’autres pays, qui ne connaissaient pas de telles institutions, ont expérimenté des procédures visant à articuler la politique publique et la négociation interprofessionnelle ;

–     dans un troisième groupe, on trouve des pays où les rapports entre État, patronat et syndicats s’établissent de manière pragmatique et discontinue, souvent informelle, en fonction des dossiers et des circonstances.

En partant de ce constat, de nouvelles interrogations émergent sur les facteurs de différenciation des trajectoires nationales…

……………………….

Quelques enseignements (p. 1258-1260)
  • Il n’existe pas de correspondance entre les typologies classiques des systèmes de relations professionnelles des pays d’Europe occidentale et les résultats tirés de l’observation empirique de leurs réactions face à la crise économique. Ces derniers résultats ne portent que sur le mode de traitement d’un problème précis : l’adaptation, dans un contexte historique exceptionnel, des normes de la relation d’emploi. Ils n’invalident pas les typologies évoquées initialement, mais ils montrent les limites de leur validité prédictive.
  • Les trois configurations typiques retenues pour illustrer la nature des rapports entre la production des normes publiques et des normes négociées offrent, chacune, des exemples (provisoires) de réussite ou d’échec relatif quant à la capacité de coopération entre les acteurs. Certes, les pays étudiés ont été choisis pour illustrer les contrastes, mais l’introduction d’autres pays dans l’échantillon ne ferait qu’accroître la diversité[1]. On ne peut dégager aucun one best way qui désignerait le modèle de production des normes le plus efficace pour répondre aux chocs engendrés par la crise économique sur la relation d’emploi.
  • Il est de même impossible de se satisfaire d’une hypothèse de dépendance de sentier. La rupture (provisoire ou durable ?) de la tradition, emblématique de l’Irlande, de plus de vingt années de pacte social en est une illustration spectaculaire. Il en est de même, à un moindre degré, du retour au premier plan de la norme publique en Allemagne (Kurzarbeit et salaire minimum) ou du développement proliférant d’un tripartisme normatif masqué en France. Les comportements d’acteurs sont guidés, mais ne sont pas prédéterminés par les institutions. Dans le réseau de contraintes auxquelles ils sont soumis, les acteurs conservent des capacités d’inflexions stratégiques.
  • L’existence d’accords tripartites ne préjuge en rien de la qualité de leur contenu. Comme l’a bien montré le débat sur les pactes sociaux dans la décennie 1990, ces accords peuvent représenter un échange de contreparties apparemment équilibré. Ils peuvent aussi traduire les concessions que doivent accepter des organisations syndicales dominées pour rester des acteurs reconnus de la régulation sociale. Le même constat se dégage à l’occasion de la crise économique récente avec une pondération qui varie selon les pays et selon les sous-périodes.
  • Dans les différences entre pays et périodes, la variable politique ne peut être négligée, mais n’exerce pas une influence mécanique. Les dynamiques sont fort comparables en Espagne et en France avec des gouvernements de gauche et de droite. En Allemagne, le récent changement de composition de la majorité n’a pas engendré, à ce jour, les inflexions qui étaient attendues, tandis qu’au Royaume-Uni, les conservateurs et le New Labour partagent le même rejet d’une régulation sociale centralisée, qu’elle soit tripartite ou paritaire. Enfin, en Irlande comme aux Pays-Bas, les combinaisons gouvernementales successives ont, pour le moins jusqu’en 2010, affirmé leur attachement aux compromis tripartites.
  • Sans faire preuve d’un économisme sommaire, on ne peut ignorer que les deux modèles les plus profondément mis en cause (Espagne et Irlande) sont ceux des pays les plus brutalement touchés en Europe occidentale par la crise économique. Peut-être n’annoncent-ils qu’une tendance qui deviendra plus générale. Dans une première phase, la mise en œuvre de plans de relance et la volonté d’amortir les coûts sociaux ont créé dans presque tous les pays les conditions de compromis assez largement acceptés. Le retour en force des impératifs de compétitivité internationale, de réduction des déficits budgétaires, voire de crédibilité monétaire a déplacé, avec une force inégale selon les pays, les priorités et le rapport des forces. La crise peut alors devenir une fenêtre d’opportunité pour imposer aux syndicats, en matière de coût du travail et de flexibilité de la relation salariale, des réformes qui figuraient de longue date sur les agendas du patronat et de certains gouvernements….

[1] Ce que nous avons essayé de le montrer dans Freyssinet, 2010b. On pourra s’étonner de ne voir aucun représentant du modèle nordique parmi les cas étudiés ici. Ceci résulte de l’impossibilité de dégager soit un caractère qui leur soit commun, soit une expérience novatrice dans leurs réactions face à la crise. La Norvège a préservé ses modes de régulation tripartites. La Suède et la Finlande ont vu se confirmer la rupture, intervenue antérieurement, des formes de régulation paritaire interprofessionnelle. Le Danemark a maintenu sa logique spécifique dans laquelle un accord multisectoriel couvrant l’industrie sert de référence pour l’ensemble du secteur privé.

Page d’accueil

Numéro AB/33 (Économies et Sociétés 8/2011) – Crisis and Social Models

Special issue – Crisis and Social Models

Contents and Abstracts

FREYSSINET J., Responses of the systems of industrial relations to the economic crisis: The example of six western European economies,  p. 1227.

The economic crisis offers an experience to compare responses of systems of industrial relations in Western Europe according to national specificities of the modes of production of the rules of the employment relationship. Three typical situations are distinguished. They enable to invalidate the hypothesis of a strict path dependency and prove the absence of a one best way response to the crisis. The persistence of the crisis creates an opportunity to implement changes in the rules of the employment relationship which were included for a long time in the social agenda. 

LEFRESNE F., SAUVIAT C., Social models in the USA and in four European countries facing the crisis, p. 1265.

A comparison of the impact of the crisis on the trajectories of social models in the United States and in four European countries –Denmark, Germany, France, Spain– leads us to a twofold diagnosis. First, significant changes, even breaking points, occurred within each national trajectory, under the pressure of norms of flexibility and the containment of public expenditure. A high degree of heterogeneity persists because of the way these norms are implementing and are supported by specific social compromises. Furthermore, the crisis revealed the absence of a “European social model”, clearly differing itself from the US social model.  

BELKACEM R., KORNIG C., The social construction of temporary work: from its emergence in the USA to its institutionalization in France, p. 1301.

The aim of this paper is the study of the historical development of temporary work. Temporary workers agencies (TWA) appear first at the beginning of the last century in the United States and in the United Kingdom. From the years 1940 on, their fast development carried by large companies of temporary work would be based first of all on the secretarial work needs. Introduced in France during the 1950s, its institutionalization (economic, social, and political recognition as a useful activity for the community) has been progressive. 

FRANÇON B., GUERGOAT-LARIVIÈRE M., Poverty policies in the economic crisis: changes and continuity, p. 1329.

This paper proposes an analysis of poverty development in Europe during the recent economic crisis considering policies that have been implemented to fight it. We focus on five countries namely France, Germany, Spain, Sweden and the UK, each of them standing for a social protection model. The rising unemployment that comes along with the economic downturn increases the risk of poverty and challenges European models’ capacity to contain that risk. The joint analysis of pre-crisis situation and of measures implemented in immediate response to the crisis shows that social protection systems that were already at work before the crisis and their relative levels of generosity remain essential in the fight against poverty. Besides, the recent implementation of employment policies centred on “activation” – in spite of that they do not rely on the same principles in all countries – may have had perverse effects on poverty in the context of economic crisis because of their cost-containment goal.

ERHEL C., Labour market policy in Europe: what reactions facing the economic crisis ?, p. 1359.

Before the crisis, labour market policies have undergone several years of reforms, focused on activation, work incentives, and flexicurity. Most European countries share the same trends, partly supported by the European Employment Strategy since 1997, even though important differences between national models remain. The economic downturn in 2007 has led to a very spectacular rise in unemployment in some countries, especially concentrated among low educated and young men. Facing this new context, the reactions of labour market policies seem ambiguous. On the one hand, institutional reforms and in work incentives still follow previous reform trends, especially the activation framework. On the other hand, a large number of countries also develop internal flexibility devices (including partial unemployment), and reinforce unemployment insurance or minimum income policies. These types of policies may have contributed to temper the direct impact of the crisis on labour market trends (especially in continental countries). They also lead to the reintroduction of some old debates (on working time sharing, on the minimum wage), especially in the new member states. Nevertheless, it seems that the turn towards restrictive budgetary policy in the first half of 2010 is compromising these trends, and even endangering last decade’s virtuous models, especially the Danish model.

Book Review

P. DURAN , Les nouvelles dimensions du politique, Relations professionnelles et régulations sociales, L. Duclos, G. Groux et O. Mériaux (dir.), coll. « Droit et Société,Recherches et Travaux, 19 », Paris, L.G.D.J, p. 1389.

Y. CHASSARD, L’emploi en ruptures, B. Gomel, D. Méda et E. Serverin (dir.), coédition de Dalloz, Presses universitaires de Paris Ouest et CEE, p. 1397.

B. REYNÈS, L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, C. Didry et A. Jobert (dir.), coll. « Économie et Société », Presses universitaires de Rennes, p. 1403.

O. JOIN-LAMBERT, Négocier l’emploi. 50 ans de négociations interprofessionnelles sur l’emploi et la formation, J. Freyssinet, Paris, Éditions Liaisons, p. 1411.

R. BELKACEM, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, S. Chauvin, Le Seuil, p. 1415.

 Home Page

Numéro AB/33 (Économies et Sociétés 8/2011) – Crise et Modèles sociaux

Économies et Sociétés, vol. 45 – 8/2011

Numéro spécial Crise et Modèles sociaux

Sommaire et résumés des articles

Freyssinet.J, In memoriam, Gérard Destanne de Bernis (1928-2011), Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011.

Les rapports de Gérard de Bernis avec l’économie du travail apparaissent paradoxaux. Les transformations du travail et les luttes des travailleuses et des travailleurs ont été au centre de sa réflexion et de ses engagements. Cependant, lorsqu’on mesure l’importance de ses apports dans de multiples autres domaines (économie du développement, économie industrielle, économie de l’énergie, économie de la santé, relations économiques internationales…), il est surprenant de constater la rareté de ses contributions à l’économie du travail.

Une hypothèse possible est que Gérard de Bernis considérait le travail et les travailleurs comme des catégories d’analyse et d’action trop fondamentales pour être abordées dans le cadre de l’économie du travail, telle qu’elle est usuellement délimitée comme champ spécialisé de l’analyse économique.

Ses interventions, scientifiques et militantes, sur ce terrain prennent rétrospectivement une double dimension. […]

Freyssinet.J, L’impact de la crise économique sur les modes de production des normes de la relation d’emploi : l’exemple de six pays d’Europe occidentale,” Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1227-1264.

La crise économique offre une expérience pour comparer les réactions des systèmes de relations professionnelles en Europe occidentale en fonction des spécificités nationales des modes de production des normes de la relation d’emploi. Trois situations typiques sont distinguées. Elles permettent d’invalider l’hypothèse d’une stricte dépendance de sentier et de démontrer l’absence d’une one best way de réaction à la crise. La persistance de la crise crée une fenêtre d’opportunité pour mettre en œuvre des modifications des normes de la relation d’emploi qui figuraient de longue date à l’agenda social.

Lefresne.F et SAUVIAT.C, “Les modèles sociaux européens et américain confrontés à la crise”, Socio-Économie du Travail n° 33 (Économies et Sociétés, tome XLV/8), août 2011, p. 1265-1300.

L’analyse des trajectoires de modèles sociaux aux États-Unis et dans quatre pays européens (Danemark, Allemagne, France, Espagne) face à la crise conduit à un double diagnostic : inflexions, voire éléments de rupture du modèle social d’origine, sous l’emprise croissante des normes de flexibilité et de limitation des dépenses publiques d’une part ; maintien d’une forte hétérogénéité entre les configurations nationales dans la façon dont s’appliquent ces normes et dans les compromis sociaux sur lesquels elles s’appuient, d’autre part. La crise aura en outre souligné l’absence de construction d’un « modèle social européen », susceptible de se démarquer fortement du modèle états-unien.

Belkacem.R, Kornig.C, “La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France“, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1301-1327.

Cet article s’intéresse au développement historique du travail intérimaire. Cette forme d’emploi a fait son apparition au début du siècle dernier aux États-Unis et en Grande-Bretagne. À partir des années 1940, porté par de grandes entreprises de travail temporaire nouvellement créées, son développement rapide concernera tout d’abord le domaine du secrétariat. Introduit en France au début des années 1950, son institutionnalisation, c’est-à-dire sa reconnaissance économique, sociale et politique, sera progressive.

Françon.B, Guergoat-Larivière.M, Les politiques de lutte contre la pauvreté dans la crise : ruptures et continuités, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p. 1329-1354.

Cet article propose de mettre en perspective les dispositifs de lutte contre la pauvreté mis en œuvre en Europe en réponse à la crise économique. Cinq pays sont étudiés, représentant différents modèles de protection sociale : la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. La crise économique implique un risque de pauvreté accru et interroge la capacité des différents modèles à contenir ce risque. L’analyse des mesures prises en réponse immédiate à la crise indique que ces dernières n’ont pas profondément modifié les systèmes en place avant la crise. Par ailleurs, cet article se concentre sur la tendance des politiques de l’emploi à mettre en avant l’activation des chômeurs comme outil de lutte contre la pauvreté au cours de la décennie qui a précédé la crise. Si ces politiques relèvent de logiques différentes selon les contextes nationaux, elles ont en commun de s’être développées dans une perspective de baisse des coûts qui se révèle problématique dans l’épisode de crise.

Erhel.C, Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ?, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p.1354-p. 1359.

Les politiques de l’emploi ont abordé la crise après plusieurs années de réformes, marquées notamment par le développement des mesures d’activation, d’incitation au travail, et de recherche de compromis entre flexibilisation du marché du travail et sécurisation des trajectoires (« flexi sécurité »). Ces tendances ont été largement partagées, et en partie portées par la Stratégie européenne pour l’emploi depuis 1997, même si les différences entre modèles nationaux restent importantes. Or le retournement de la conjoncture en 2007 s’est traduit par une dégradation très rapide de la situation du marché du travail dans certains pays, avec une forte hausse du chômage, notamment concentrée sur les hommes jeunes et peu qualifiés. Face à cette situation, les tendances de réponse des politiques de l’emploi apparaissent ambiguës. Elles s’inscrivent globalement dans la continuité des réformes antérieures, et en particulier dans le cadre de l’« activation » des politiques de l’emploi, qui se poursuit au travers des réformes institutionnelles des intermédiaires sur le marché du travail, ou encore de la réflexion sur les incitations au travail. Malgré tout, les pays ont également recours, d’une part, à des outils de protection de l’emploi par l’accroissement de la flexibilité interne (notamment le chômage partiel), d’autre part, à des politiques de soutien au revenu sans contrepartie affichées à court terme. Ces ajustements ont sans doute permis de limiter la dégradation de la situation du marché du travail, notamment dans les pays continentaux et conduisent également à réintroduire des débats qui semblaient oubliés (sur le partage du travail, le salaire minimum), notamment dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne. Toutefois, le retournement récent (premier semestre 2010) des politiques économiques en faveur de plans de rigueur risque de remettre en cause ces développements, voire de mettre en danger les modèles vertueux de la dernière décennie, comme par exemple le Danemark.

Comptes rendus de lecture

Duran.P, Les nouvelles dimensions du politique, Relations professionnelles et régulations sociales, Duclos.L, Groux.G et Mériaux.O (sous la dir.), coll. « Droit et Société, Recherches et Travaux 19 », L.G.D.J., 2009. p. 1389.

Chassard.Y, L’emploi en ruptures, Gomel.B, Méda.D et Serverin.E (sous la dir.), coédité par Dalloz, Presses universitaires de Paris Ouest et CEE, 2009. p. 1397.

Reynès.B, L’entreprise en restructuration, Dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, Didry.C et Jobert.A (sous la dir.), coll. « Économie et Société », Presses universitaires de Rennes, 2010. p. 1403.

Join-Lambert.O, Négocier l’emploi. 50 ans de négociations interprofessionnelles sur l’emploi et la formation, Freyssinet.J, Paris, Éditions Liaisons, 2010. p. 1411.

Belkacem.R, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Chauvin.S, Le Seuil, 2010. p. 1415.

Page d’accueil