Le modèle japonais de l’emploi à vie devient-il obsolète ?

L’analyse de l’évolution du marché du travail et de la construction sociale de l’emploi au Japon nous amène à faire l’hypothèse selon laquelle la centralité de l’âge permet à la convention salariale de connaître une pérennisation malgré certaines évolutions importantes. Quatre séries d’indices empiriques sont mobilisées pour en rendre compte : une individualisation limitée des biographies ; l’existence d’un régime de compétences qui articule finement compétences spécifiques à la firme et compétences générales ; une relation positive entre salaire et âge/ancienneté qui se transforme mais qui reste en vigueur ; et enfin une relation d’emploi qui, à travers le maintien de ce que nous appelons une illiquidité soutenable, continue de donner la priorité à la mobilisation des salariés plutôt qu’à la protection de leur mobilité, principalement au détriment des salariés les plus jeunes.

RIBAULT T., Le modèle japonais de l’emploi à vie devient-il obsolète ? Socio-Économie du Travail n°35 (Économies et Sociétés, tome XLVII), mai 2013, p.661-690.

Page d’accueil / Home Page