Flexibilité du travail parasubordonné et rigidité des statistiques officielles. Le cas de la Grèce

L’idée générale de cet article est que la conception habituelle de la flexibilité externe du travail, calquée sur le modèle des pays les plus avancés de l’OCDE, a peu de sens pour un pays comme la Grèce où la flexibilité se trouve essentiellement en dehors ou en marge du travail salarié (officiel). La prolifération des « zones grises » entre le travail salarié et le travail indépendant constitue un exemple typique de flexibilité extrême du travail, lequel, pourtant, passe totalement inaperçu dans les statistiques officielles. Afin d’étudier ce phénomène, on utilise le concept du travail parasubordonné, qui provient d’Italie. Après avoir analysé l’évolution, les problèmes et les avantages comparatifs de la notion de travail parasubordonné, on s’appuie sur une enquête de terrain portant sur les ingénieurs grecs, afin de montrer que le phénomène du travail parasubordonné est très répandu chez les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Enfin, concernant le point de vue des politiques publiques, on argumente que l’ampleur du phénomène ainsi que les rapports de force entre le travailleur parasubordonné et son donneur d’ordre rendent inefficace toute mesure législative, qui cherche à requalifier le travail parasubordonné comme un travail salarié à part entière.

Liagouras.G, Socio-Économie du Travail n°23 (Économies et Sociétés, tome XXXVIII), janvier 2004, p.113-145.

Page d’accueil / Home Page