L’incidence de l’allocation universelle sur la propension à travailler. Enjeux théoriques et résultats microéconométriques

Dans le débat français sur les « minima sociaux », l’allocation universelle reste perçue comme une proposition trop audacieuse, en raison notamment de l’incitation à l’oisiveté qu’elle provoquerait. Comment anticiper l’usage que les individus pourraient faire de cette allocation inconditionnelle ? Pour des travailleurs à faibles salaires sont d’abord analysées les incertitudes de la théorie économique sur les modifications de comportement qui pourraient en résulter. Les réponses à l’interrogation en 2000 d’un panel de jeunes adultes peu qualifiés récemment insérés dans l’emploi font ensuite l’objet d’un traitement économétrique : la perception d’une allocation mensuelle de 2000 FF (environ 300 euros) ne provoquerait pas un retrait massif de l’activité. L’insertion par le travail représente plus que la perception d’un simple revenu et la déconnexion entre travail et revenu n’inciterait pas souvent à « expérimenter » d’autres modes d’insertion sociale.

Gamel.C, Balsan.D, Véro.J, Socio-Économie du Travail n°26 (Économies et Sociétés, tome XXXIX), août 2005, p.1411-1441.

Page d’accueil / Home Page