Choix individuel et sécurisation collective. Formes de salariat dans les exploitations pastorales du Sahel sénégalais (Ferlo)

L’organisation du travail au Ferlo s’ouvre au salariat, confirmant la monétarisation des économies pastorales sahéliennes. Aujourd’hui, 25% des exploitations pastorales du Ferlo recourent au salariat pour différents motifs : nécessités de la gestion de la production en général et des petits ruminants en particulier, statut social des éleveurs et amélioration des conditions de vie. En retour, le salariat améliore les revenus des campements, atténue les risques de conflits, aide les salariés à se constituer leur propre cheptel, et contribue à la durabilité du mode de vie et de production des sociétés pastorales. Choix individuel au départ, le salariat aboutit à la sécurisation du collectif d’élevage, sans pour autant bouleverser les cadres sociaux du travail. Cependant de profondes différences existent entre les types de salariés.

Wane.A, Camara.A-D, Ancey.V, Joly.N, Kâ.N-S, Socio-Économie du Travail n°31 (Économies et Sociétés, tome XLIII), septembre 2009, p. 1443-1468.

Page d’accueil / Home Page