Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ?

Les politiques de l’emploi ont abordé la crise après plusieurs années de réformes, marquées notamment par le développement des mesures d’activation, d’incitation au travail, et de recherche de compromis entre flexibilisation du marché du travail et sécurisation des trajectoires (« flexi sécurité »). Ces tendances ont été largement partagées, et en partie portées par la Stratégie européenne pour l’emploi depuis 1997, même si les différences entre modèles nationaux restent importantes. Or le retournement de la conjoncture en 2007 s’est traduit par une dégradation très rapide de la situation du marché du travail dans certains pays, avec une forte hausse du chômage, notamment concentrée sur les hommes jeunes et peu qualifiés. Face à cette situation, les tendances de réponse des politiques de l’emploi apparaissent ambiguës. Elles s’inscrivent globalement dans la continuité des réformes antérieures, et en particulier dans le cadre de l’« activation » des politiques de l’emploi, qui se poursuit au travers des réformes institutionnelles des intermédiaires sur le marché du travail, ou encore de la réflexion sur les incitations au travail. Malgré tout, les pays ont également recours, d’une part, à des outils de protection de l’emploi par l’accroissement de la flexibilité interne (notamment le chômage partiel), d’autre part, à des politiques de soutien au revenu sans contrepartie affichées à court terme. Ces ajustements ont sans doute permis de limiter la dégradation de la situation du marché du travail, notamment dans les pays continentaux et conduisent également à réintroduire des débats qui semblaient oubliés (sur le partage du travail, le salaire minimum), notamment dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne. Toutefois, le retournement récent (premier semestre 2010) des politiques économiques en faveur de plans de rigueur risque de remettre en cause ces développements, voire de mettre en danger les modèles vertueux de la dernière décennie, comme par exemple le Danemark.

Erhel.C, Socio-Économie du Travail n°33 (Économies et Sociétés, tome XLV), août 2011, p.1354-p. 1359.

Page d’accueil / Home Page