Fondements macroéconomiques et sélection des institutions dans les systèmes économiques modernes

Cet article tente de définir les fondements macroéconomiques des institutions structurant les différentes espèces capitalistes et socialistes de l’économie moderne entendue comme système monétaire-salarial. Il discute ensuite des critères de sélection des institutions permettant d’expliquer l’évolution endogène de chaque système et les changements structurels d’une espèce à l’autre. Le primat du critère d’efficience allocative et organisationnelle, non-attribuable aux seules espèces capitalistes, est relativisé. La thèse du déterminisme technico-organisationnel est rejetée au bénéfice d’une hypothèse d’indétermination systémique relative, justifiée par l’incertitude (inhérente à une économie monétaire) et par la confrontation sociale (inhérente à une économie salariale).

Hoang-Ngoc.L, Socio-Économie du Travail n°22 (Économies et Sociétés, tome XXXVI), août 2002, p.1269-1296.