Numéro AB/21

Économies et Sociétés, vol.34 – 4/2000

Sommaire et résumés des articles

Ughetto.P, « Problématiques hétérodoxes du travail en économie : quel avenir ?« , p.5-44.

Résumé : Face à l’extension et au renouvellement de l’analyse d’inspiration néo-classique, la légitimité d’analyses hétérodoxes en économie du travail n’est plus aussi assurée qu’auparavant. La perspective hétérodoxe conserve cependant une portée qui lui est propre parce qu’elle est associée à des problématiques qui sont inaccessibles à l’analyse dominante, en particulier celles des sujets au travail et des modèles de travail qui en découlent.

Morel.S, « Le workfare et l’insertion : une application du cadre théorique commonsien », p.46-65.

Résumé :

Béraud.M, « Des formes particulières d’emploi aux formes particulières de chômage : le cas des demandeurs qui exercent des activités professionnelles réduites », p.67-117.

Résumé : Le nombre de demandeurs d’emploi exerçant des activités professionnelles réduites ne cesse d’augmenter. Ce phénomène semble lié à l’évolution du fonctionnement du marché du travail et aux transformations du régime d’indemnisation. Les résultats d’une enquête par sondage permettent de cerner les caractéristiques de ces demandeurs d’emploi, la nature des emplois occupés et les profils de trajectoires professionnelles. L’analyse des enjeux de cette nouvelle catégorisation des demandeurs d’emploi ne permet pas de statuer clairement sur ses effets en matière d’amélioration de conditions d’insertion, mais elle souligne le risque que constitue pour la société cette légitimation d’une nouvelle catégorie à l’intersection du chômage et de l’emploi.

L’horty.Y, Parent.A, « RMI et flexibilité sur le marché du travail », p.119-133.

Résumé : Le système de Speenhamland établi en Angleterre, à la fin du XVIIIe siècle, constitue une première expérience de soutien aux bas revenus. L’analogie avec ce précédent historique permet de constater un lien de cause à effet entre la mise en place du RMI et le développement des formes d’emploi précaires et des bas salaires. On observe également que la diffusion du RMI coïncide avec l’instauration de l’allocation unique dégressive (AUD) et avec la croissance modérée du SMIC. Le RMI ne constitue donc pas un frein à la flexibilité sur le marché du travail ; il en serait, au contraire, un de ses instruments.

Sandillon.I, « Rigidités sur le marché du travail et taux de chômage d’équilibre », p.135-162.

Résumé :

Berthe.B, « Le salarié est-il partisan du moindre effort ? Pour une critique de l’exclusivité du principe de minimisation de l’effort », p.164-188.

Résumé :

Lallement.M, « Règles, institutions et relations de travail : portée et actualité de la sociologie de la rationalisation de Max Weber », p.190

Résumé :

Revue des livres Julio NEFFA

Bartoli.H, « Repenser le Développement », en finir avec la pauvreté », Ed. UNESCO et Economica, Paris

Page d’accueil

Carnet de la série "Socio Economie du Travail" de la revue "Economies et Sociétés"