Numéro AB/20

Économies et Sociétés,  vol. 32 – 03/1998

Sommaire et résumés des articles

Michon.F, Introduction, p.1-3.

Harribey.J-M, « Travail, emploi, activité: essai de clarification de quelques concepts. », p.5-59.

Résumé : La période de chômage endémique suscite la discussion autour des notions de travail, d’emploi et d’activité mais le plus souvent en entretenant une confusion qui empêche de formuler des propositions cohérentes. Ainsi  la pleine activité est censée remplacer le plein emploi disparu en considérant que l’aspiration à s’insérer dans un emploi à part entière, avec le statut les droits et la rémunération correspondants n’est plus exprimée par les travailleurs. Le présent article s’efforce de montrer que les présupposés théoriques de ces affirmations sont contestables et qu’ils ne peuvent conduire qu’à un approfondissement des clivages sociaux; il propose une clarification des définitions et de l’usage de ces notions; et il suggère enfin de revisiter la théorie de la valeur en  tant que théorie des rapports sociaux pour fonder une réduction des inégalités de la répartition du travail et des revenus dans une perspective d’équité intra et intergénérationnelle.

Erbes Seguin.S, « Normativité et approches disciplinaires. », p.61-78.

Résumé : Si, dans le domaine du travail, et spécialement à propos de l’emploi, il existe une tradition ancienne de relations entre droit et économie, l’ignorance réciproque domine encore les rapports entre droit et sociologie. Il existe d’ailleurs une certaine ambiguïté dans  l’appréciation que portent les juristes sur la position du droit du travail dans les relations sociales. Elle tient d’abord à la difficulté d’articuler la mise en œuvre de la règle de droit avec sa spécificité technique et sa relation au politique. C’est à propos de l’organisation de la concurrence économique que s’analyse le mieux la relation entre droit et économie. A partir de quels thèmes peut-on concevoir une réflexion coordonnée entre juristes et sociologues ? Quelques spécialistes de chaque discipline ouvrent la voie à l’analyse de l’espace de liberté dans les relations professionnelles et le contrat de travail.

Friot.B, « Quelles règles pour le salaire socialisé ? Les enseignements de l’échec de Jean Marchal. », p.79-103.

Résumé : Au cours des années cinquante, Jean Marchal, avec son école de la «Revue économique» qu’il vient de créer élabore une «théorie réaliste de la répartition» qui rompt avec l’approche néoclassique de la rémunération du facteur travail corrigée par une redistribution. Pourtant, il finit  par rendre les armes et son ralliement à la variante institutionnaliste de l’orthodoxie n’est pas sans évoquer les dérives des hétérodoxies actuelles. L’hypothèse est que la raison de l’échec est la même, dans la sous-estimation de ce que c’est comme travailleurs qu’il importe d’analyser ceux qu’on se refuse à juste titre à poser comme «facteur de production». Car c’est l’affirmation du travailleur collectif qui permet la socialisation du salaire par la cotisation sociale. 

Lallement.M, « Communautés d’intérêt économique et construction des normes conventionnelles. », p.105-123.

Résumé : Alors qu’elles étaient largement exclues du champ d’analyse de la théorie économique standard, les relations professionnelles font l’objet depuis les années 1980 d’un traitement analytique inédit dans une perspective typiquement néoclassique. Après avoir pointé quelques
limites d’un tel programme de recherche, on propose en contrepoint un schéma d’inspiration webérienne qui intègre le champ conventionnel comme enjeu de lutte et de marchandage. En s’appuyant sur des résultats de recherches empiriques, on suggère alors tout l’intérêt à se focaliser sur les régulations intermédiaires (de branche notamment) pour mieux articuler relations professionnelles et mise en forme sociale de l’emploi.

Maruani.M, Michon.F, « Les normes de la dérégulation : questions sur le travail à temps partiel. », p.125-164.

Résumé : Le temps partiel a de multiples visages. On s’efforce de saisir les différentes logiques qui sous-tendent son développement et de préciser comment les dynamiques actuelles de l’emploi font bouger ces logiques.
Trois niveaux d’analyse sont utilisés : la définition même du temps partiel (les règles institutionnelles qui le définissent et les critères qui le mesurent) dans les pays européens; le repérage statistique de profils socio-économiques différenciés du temps partiel, au sein de ces pays; l’analyse enfin du traitement qu’en font en France les accords collectifs, à la suite de la loi quinquennale sur l’emploi de 1993. On montre ainsi comment la multiplication des formes d’emploi atypiques ou dérogatoires, dans la mesure où elle concerne des catégories spécifiques de main-d’œuvre, est loin d’affaiblir la norme dominante de l’emploi (le temps complet stable) et semble avoir pour effet paradoxal de la  renforcer.

Karamessini.M, « Spécificités de la flexibilité et de la rigidité du travail dans un pays intermédiaire : le cas grec. », p.165-201.

Résumé : Les spécificités de la flexibilité et de la rigidité du travail en Grèce tiennent à l’ampleur de la petite production marchande et de la production capitaliste à petite échelle dans les structures productives du pays et à son histoire politique récente. L’articulation de ces deux formes de production avec la production capitaliste à grande échelle débouche sur autant de flexibilités que de rigidités du rapport salarial. D’autre part, la prépondérance de l’état dans la régulation du rapport salarial a fait que le facteur socio-politique a constitué l’élément actif par excellence de sa rigidification/flexibilisation.

Imbet.P-A., « Internationalisation, dynamique sectorielle et recomposition des relations professionnelles. », P.203-229.

Résumé : La mondialisation économique n’affecte pas de façon semblable toutes les composantes des économies nationales. Elle intervient aujourd’hui dans un contexte de profonds bouleversements des relations entre croissance de la productivité et de l’emploi. Les secteurs mondialisés, à forte productivité créent massivement de la richesse mais ne sont plus le lieu de la création d’emploi. Ce sont aujourd’hui les secteurs dégageant de faibles gains de productivité qui sont aptes à une création massive d’emplois. Les interrelations entre ces deux types de secteurs et les systèmes nationaux de relations professionnelles sont examinées : comment la mondialisation de quelques secteurs influe sur la croissance des économies nationales et les structures de la négociation collective; comment la décentralisation de la négociation collective favorise la dualisation de certaines économies et une profonde modification des modes nationaux de croissance.

Dif.M’H, « Flexibilité du travail et ses implications pour l’emploi : réflexions sur les modèles émergents. », p.231-246.

Résumé : Deux modèles régissent la pratique actuelle de la flexibilité du travail. Un modèle dominant, basé essentiellement sur les schémas de
flexibilisation externe, dont les implications pour l’emploi sont très manifestes : segmentation du marché du travail, chômage de masse,  accroissement des emplois précaires. Quant au second modèle, qui se limite actuellement à l’expérience de certains pays d’Europe du Nord, il consacre la flexibilité fonctionnelle et temporelle du travail et contribue à la promotion de la flexibilité technico-organisationnelle de l’entreprise et à l’amélioration des conditions du travail et de l’emploi.

 Page d’accueil

Carnet de la série "Socio Economie du Travail" de la revue "Economies et Sociétés"