Numéro AB/19

Économies et Sociétés,  vol. 30 – 11-12/1996

Sommaire et résumés des articles

Hoang-Ngnoc.L, « Le classicisme des nouvelles théories keynésiennes du chômage d’équilibre : ses fondements, ses implications normatives », p.1-46.

Résumé :

Galtier.B, « Modèle micro-économique de la relation salariale et durabilité de l’emploi », p.47-120.

Résumé :

Ramaux.C, « De l’économie des conventions à l’économie de la règle, de l’échange et de la production », p.121-149.

Résumé :

 Maggi.B, « Les conceptions de la formation », p.151-177.

Résumé : Réflexion sur les conceptions de la formation, à savoir les « visions d’ensemble » fondées sur des choix épistémologiques. Les différentes conceptions de la formation dérivent des conceptions du système social, et influencent théories, méthodes, pratiques. Les alternatives fondamentales sont discutées, et de même leurs conséquences sur le processus de formation, depuis l’analyse des besoins jusqu’à l’évaluation des résultats.

Barrere-Maurisson.M-A, « A New Approach to Paid and Unpaid Work :  » The Family Division of Labour « , p.178-198.

Résumé : Le travail professionnel et le travail domestique sont souvent analysés de façon séparée. Or, il y a du travail dans la famille, et de la famille dans le travail. Dans un premier temps, on montre la nécessité d’une nouvelle approche. Puis comment fonctionne cette « division familiale du travail » , d’un point de vue microsocial, notamment dans les entreprises, avant d’aborder les modalités qu’elle revêt au niveau macrosocial, en termes de comparaisons sociétales. Enfin, on voit comment on est finalement conduit à une redéfinition du concept de travail.

Silvera.R, « Les discriminations salariales entre hommes et femmes,  » toutes choses inégales par ailleurs « ,  p.199-216.

Résumé : A partir d’expériences étrangères (Australie, Canada, Suède, Suisse et Union européenne), cet article propose un tour d’horizon de l’ensemble des variables explicatives des inégalités de salaire entre hommes et femmes. L’objectif est de dépasser les analyses économiques traditionnelles, en redonnant toute leur place à des variables institutionnelles (le mode de fixation des salaires) ou encore stratégiques (les politiques de rémunération des entreprises).

Benabdelhafid.K, « Chômage et comportement d’épargne des ménages », p.217-229.

Résumé : Le chômage peut avoir des effets opposés sur le comportement d’épargne des ménages. Le dynamisme des transferts sociaux qu’il provoque – pour compenser la baisse du revenu réel qu’il induit – a un effet modérateur sur l’épargne des ménages. Mais, au-delà d’un certain seuil, ce fléau peut avoir aussi l’effet inverse. La menace du chômage, en touchant désormais aussi les cadres dont la capacité d’épargne est élevée, a incité ces derniers à constituer des réserves et à réduire leur endettement par un effort d’épargne plus important.

Page d’accueil

Carnet de la série "Socio Economie du Travail" de la revue "Economies et Sociétés"